Quand "Vogue" explique que les photos de mode sont truquées aux collégiens

Quand "Vogue" explique que les photos de mode sont truquées aux collégiens
Quand "Vogue" explique que les photos de mode sont truquées aux collégiens
Depuis quelques jours, des établissements scolaires reçoivent un film réalisé par le magazine « Vogue » et destiné aux adolescents. Baptisé « It's a look », il montre les coulisses des séances photos et dévoile les artifices nécessaires pour réaliser un cliché de mode. L’objectif : décomplexer les garçons et les filles qui se dévalorisent en se comparant aux mannequins des magazines.
A lire aussi
Il explique la différence entre vulve et vagin à des femmes et se fait atomiser
News essentielles
Il explique la différence entre vulve et vagin à des...


Jambes fines et interminables, mensurations parfaites, peau de bébé, chevelure soyeuse et maquillage impeccable : les mannequins des magazines de mode font figure d’exemples pour de nombreuses adolescentes. Et alors qu’elles s’astreignent à des régimes draconiens pour ressembler à leurs modèles, ces jeunes filles oublient souvent que les corps qui s’affichent sur papier glacé sont le résultat d’un travail colossal. Pour les décomplexer, l’édition britannique du magazine Vogue a donc réalisé un film sur les dessous des photos de mode, ce dernier ayant pour but de montrer la réalité de ce milieu.

Choix de l’éclairage, expertise des stylistes, maquilleurs et autres coiffeurs et retouches photos sur ordinateur... la vidéo d’une dizaine de minutes témoigne de l’ampleur du travail nécessaire lors d’une séance photo pour arriver au résultats des couvertures de magazines.

« Les photos de mode n’ont pas pour but de refléter la réalité »

« En tant que rédactrice en chef de Vogue UK, on me questionne souvent à propos de l’influence et du message que nos photos renvoient aux lectrices. J’ai trouvé que cela pouvait être utile de montrer ce qui est à l’œuvre dans la création d’une photo de mode pour Vogue, pour illustrer tous les talents et l’artifice qui font le produit fini », a expliqué Alexandra Shulman par voie de communiqué de presse. Et de poursuivre : « À Vogue, avec ces photos de mode nous voulons inspirer et distraire tout en montrant les vêtements créés par de nombreux stylistes très talentueux. Elles sont réalisées avec cette intention en tête, et non pas dans le but de représenter la réalité. Le problème, s’il y en a un, surgit quand les gens se jugent et jugent leur apparence d’après les mannequins qu’ils voient sur les pages des magazines et ont l’impression de ne pas être à la hauteur », a-t-elle encore précisé. Aussi, afin d’éviter que les plus jeunes ne se lancent dans de tels jugements de valeur, le film est distribué gratuitement dans plusieurs établissements scolaires britanniques.

Privilégier de « vraies beautés, sans traits aseptisés »

Une initiative que salue le docteur Claude Halmos. « C’est important de montrer aux filles et aux garçons comment on peut retoucher une photo, allonger des jambes, galber des cuisses, gonfler des seins, et comment on fabrique un superman », indique-t-elle au parisien.fr. La psychanalyste estime en effet que « si le film est bien fait, ce n’est pas une mauvaise idée car toutes ces images idéalisées dévalorisent les adolescents dont le corps est en pleine transformation ». Auteure d’un rapport sur l’hypersexualisation, la sénatrice UMP de Paris, Chantal Jouanno partage également ce point de vue. « L’initiative de Vogue est excellente en soi pour donner à voir la manipulation et le fake (faux, ndlr.) », analyse-t-elle, avant de nuancer : « Ces magazines de luxe se donnent bonne conscience avec des projets comme celui-là et continuent à publier des photos de femmes à la limite de l’anorexie ». Pour la sénatrice, ces titres devraient plutôt s’engager à publier des photos de « vrais beautés sans traits aseptisés ». À bon entendeur.

VOIR AUSSI

Marissa Mayer dans Vogue, trop glamour pour les féministes ?
Anorexie : Vogue n'utilisera plus que des mannequins en bonne santé
Vogue : Jarrod Scott entièrement nu pour célébrer la liberté