Etienne Daho : pourquoi la RATP a censuré son affiche

Etienne Daho : pourquoi la RATP a censuré son affiche
Etienne Daho : pourquoi la RATP a censuré son affiche
Dans cette photo : Etienne Daho
Après les diverses polémiques concernant Damien Saez, c’est au tour d’Etienne Daho de faire les frais de la pudibonderie de la  RATP. La société de transport parisienne a ainsi décidé, lundi 18 novembre, de censurer l’affiche de son dernier album, jugée trop subversive.
A lire aussi

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir », ou quand la Régie autonome des transports parisiens (RATP) paraphrase Molière et sa célèbre pièce «Tartuffe ou l’imposteur ». D’après une information du Parisien, la société aurait ainsi demandé à la maison de disques d’Etienne Daho, Mercury, de masquer les seins nus présents sur l’affiche promotionnelle de son dernier album, « Les chansons de l’innocence retrouvée ». Faute de quoi, celle-ci serait proscrite de toute diffusion sur les murs des stations de métro et de RER, aussi bien à Paris qu’en Ile-de-France. Confronté à ce refus, la maison de disque a produit une nouvelle affiche.

“Cette image est la meilleure vitrine de ce disque”

L’affiche incriminée est un cliché noir et blanc pris par le photographe Richard Dumas, collaborateur régulier de  Libération et du Monde. On peut y voir Etienne Daho posant auprès d’une jeune femme en string et seins nus, dans l’encadrement d’une porte en bois ciselé. Etienne Daho explique au Parisien que « ce n’était une photo posée ni pour elle ni pour lui, presque une blague ». Et d’ajouter,  « je suis avec mon vieux tee-shirt, mon vieux jean, pas apprêté. Mais quand j’ai revu cette image, c’était une évidence. Authentique, juste, belle, c’est la meilleure vitrine de ce disque ».

Conscient que l'image pourrait choquer, le chanteur confiait déjà au Parisien avant cette décision de la RATP, que la controverse lui était égale : « On ne va pas se mettre à sticker tous les seins des statues du Louvre. La nudité provoque toujours des réactions, certaines femmes trouvent cela sexiste, mais il n’y a pas ça dans cette photo ».

nouvel album d'Etienne Daho, Les Chansons de l’innocence retrouvée

nouvel album d'Etienne Daho, Les Chansons de l’innocence retrouvée

La RATP n’en n’est pas à sa première censure

Malgré ses explications de l’artiste, ce nu « authentique » n’était pas du goût de la régie publicitaire de la RATP. Etienne Daho n’est d’ailleurs pas le premier artiste à voir ses affiches refusées. Le chanteur de rock français, Damien Saez, a vu à deux reprises les affiches de ses albums « J’accuse » et « Miami » censurées. La première présentait une femme nue dans un caddie tandis que la seconde montrait un phallus géant composé de billets de 500 euros. La dignité de la femme avait alors été invoquée par la régie publicitaire comme motif de refus d’affichage dans les métros parisiens.

Affiche "J'accuse" Damien Saez

Affiche "Miami Tour" Damien Saez

VOIR AUSSI

Loi Evin : Annie Girardot censurée dans le métro parisien