Philippe Candeloro sexiste ? Najat Vallaud-Belkacem ne s'en mêle pas

Philippe Candeloro sexiste ? Najat Vallaud-Belkacem ne s'en mêle pas
Philippe Candeloro sexiste ? Najat Vallaud-Belkacem ne s'en mêle pas
Dans cette photo : Philippe Candeloro
Alors que les critiques fusent au sujet de Philippe Candeloro et Nelson Monfort, tous deux commentateurs des Jeux olympiques de Sotchi pour France Télévisions, la ministre des Droits des femmes a refusé de se prononcer au sujet du caractère sexiste des blagues des deux compères. De son côté, Daniel Bilalien, directeur des sports de France Télévisions, a imposé le silence radio à ses troupes.
A lire aussi


Depuis le début des Jeux olympiques de Sotchi, Nelson Monfort et Philippe Candeloro sont sous le feu des critiques en raison de leurs commentaires répétés sur les qualités physiques des athlètes féminines, sur France 2 et France 3. L’ex-patineur est en particulier montré du doigt en raison de ses remarques jugées sexistes. Le journal satirique Charlie Hebdo a notamment relayé ces critiques, consacrant sa couverture aux deux commentateurs ; sur un fond bleu sont dessinés les visages de Nelson Montfort, un micro de France Télé à la main, et de Philippe Candeloro. Le titre est sans appel : « Des JO de merde... commentés par deux trous du cul ». Sur Twitter, les deux commentateurs sont également la cible des internautes. 


Pour Bruno Roger-Petit, chroniqueur au Plus, France Télévisions doit s’excuser. « Depuis dix jours, la France assiste au naufrage de la couverture éditoriale des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, contemple la déconfiture du service des sports de France Télévisions, subit des commentateurs saisis par un populisme nationaliste délirant, constate la dérive sexiste et misogyne de ces mêmes commentateurs, se navre de voir ainsi dilapider l'argent public de la redevance pour un festival de plaisanteries indignes du service public », écrit-il ce vendredi 21 février

« Je ne fais jamais du trash ni du graveleux »

Interrogé par Le Parisien jeudi 20 février, Philippe Candeloro s’est défendu face à ces critiques répétées. « On ne peut presque plus revendiquer qu'on est hétéros ! », s'emporte l'ancien patineur dans les colonnes du journal. « Si les gens sont coincés de la fesse, j'y peux rien ! Mais je n'ai pas eu le sentiment d'avoir été trop loin : je ne fais jamais du trash ni du graveleux. »

>> La réplique sexiste de Laurent Blanc à une journaliste : « Une femme qui parle de tactique, c'est beau » <<

Il faut dire que Philippe Candeloro a multiplié les remarques déplacées, voire graveleuses au sujet des patineuses dont il commentait les performances. Petit florilège des sorties du vice-champion du monde de patinage artistique. « Je connais un anaconda qui serait bien allé embêter cette Cléopâtre canadienne », « Vous pourrez lui dire que c’est pas la seule à être excitée, elle a un joli sourire cette patineuse », ou encore « Elle a des airs de Monica Bellucci, avec un peu moins de poitrine mais bon… ».



La ministre des Droits des femmes ne se prononce pas...

Mardi 19 février, Le Lab a interrogé Najat Vallaud-Belkacem pour solliciter son avis au sujet de cette polémique. Confessant qu’elle n’avait pas regardé les émissions de France Télévisions, la ministre des Droits des femmes a déclaré : « C'est toujours délicat de faire la part des choses entre la blague de potache, la blague lourde, et puis le commentaire qui est particulièrement malvenu pour sexisme avéré ». Et la porte-parole du gouvernement de promettre d’aller écouter les saillies du duo de France 2 et France 3 pour se faire une opinion.

Le lendemain, Najat Vallaud-Belkacem, qui s’est entre-temps renseignée sur la polémique en question, a fait parvenir une réponse au Lab. Elle y déclare estimer qu'il « n'appartient pas à la ministre de surveiller en direct les commentateurs sportifs, mais de fixer un cadre de régulation pour qu'ils ne puissent porter atteinte à l'image des femmes ». « Je fais confiance aux dirigeants de France Télévisions pour faire respecter ses engagements en matière de lutte contre le sexisme, sinon le CSA jouera son rôle », ajoute-t-elle.

... et le patron des sports à France Télévisions non plus

Du côté de France Télévision, c’est le silence radio. Daniel Bilalian, le patron des sports à France Télévisions, n’a pas commenté la polémique et a recommandé à ses équipes de garder le silence radio. Dans un e-mail rendu public dans Libération, il leur demande « de ne répondre sur aucuns réseaux sociaux et média. Notre seule réponse, c’est le succès d’audience qui jour après jour vient saluer votre travail ».