Touche pas à mon poste : Hanouna critique Enora Malagré pour son interview de Pharrell Williams

Touche pas à mon poste : Hanouna critique Enora Malagré pour son interview de Pharrell Williams
Touche pas à mon poste : Hanouna critique Enora Malagré pour son interview de Pharrell Williams
Enora Malagré n’a pas sa langue dans sa poche et quand son patron, Cyril Hanouna, revient sur la polémique qui est née de son interview de Pharell Williams, elle montre les dents. « Lachez-moi » est le message qu’elle a fait passer hier dans « Touche pas à mon poste ».
A lire aussi

Après s’être fait lyncher par les twittos, Enora a dû affronter les critiques de ses collègues de « Touche pas à mon poste » et plus particulièrement de son patron Cyril Hanouna. Si la belle jeune femme était au départ ouverte à la critique, elle a tout de même finit par s’énerver (encore…).

>> Revoir l’interview de Pharell Williams par Enora Malagré <<

Pour commencer, Valérie Bénaïm avoue avoir été « surprise par la rupture entre le début de l’interview et la fin »,  « tu étais survoltée » explique-t-elle. Puis Cyril Hanouna lit quelques critiques sur les réseaux sociaux avant de passer la parole à Tefa, producteur de musique. Ce dernier n’a pas non plus épargné Enora « j’ai trouvé qu’elle était midinette. Elle est passée de femme enfant à vamp et ça m’a un peu gêné. »

Vous pensez que Cyril Hanouna s’est arrêté là ? Non ! Désireux de montrer qu’il était tout aussi intransigeant avec ses équipes qu’avec la concurrence il a accusé certains chroniqueurs autour de la table d’être hypocrites en ménageant Enora Malagré. Ajoutant « j’ai reçu des textos de potes qui trouvaient cela inadmissible ».

>> Touche pas à mon poste : faux malaise et vrai stress pour Cyril Hanouna et Enora Malagré <<

Après s'être énervée, Enora Malagré a toutefois reconnu qu’elle aurait pu mieux faire et que si elle avait retiré la vidéo du site de Virgin c’était pour épargner sa mère blessée par les attaques personnelles qui y étaient postées.

>> Enora Malagré : critiques, clash, provoc’... N'en ferait-elle pas un peu trop ? <<