Karine Lemarchand sur Lilian Thuram : "Il a tout fait pour me revoir, trouver mon numéro de téléphone"

Karine Lemarchand sur Lilian Thuram : "Il a tout fait pour me revoir, trouver mon numéro de téléphone"
Karine Lemarchand sur Lilian Thuram : "Il a tout fait pour me revoir, trouver mon numéro de téléphone"
Dans cette photo : Lilian Thuram
Alors que Karine Lemarchand présentera désormais tous les jeudis soir sur M6 avec Stéphane Plaza le jeu « Qu'est-ce que je sais vraiment ? », Paris Match est revenu sur la nouvelle vie de célibataire de l'animatrice, son livre « L'amour est tout près » et ses projets d'avenir.
A lire aussi


Pour Karine Lemarchand, « l'année passée a été violente », mais « depuis plus rien n'est grave ». Interrogée par Paris Match, l’animatrice d’M6 est revenue sur sa rupture dans la tempête avec le footballeur champion du monde, Lilian Thuram : « La trahison au "Grand Journal" d'une personne que j'ai aimée pendant huit ans et l'intrusion dans ma vie privée de la presse people sont sans doute ce qui m'est arrivé de pire ». Mais désormais, à 45 ans, Karine Lemarchand se sent différente : « avant, pour un rien je montais dans les tours, j'étais un peu rigide. Après ce que j'ai vécu je relativise ».

>> Karine le Marchand est la femme de télévision préférée des Français <<

« Pour me conquérir, il faut être un gentleman »

Mais l’animatrice d’M6 a aussi accepté de revenir avec l’hebdomadaire sur sa rencontre avec le footballeur : « C'est lui qui m'a remarquée en 2005, lors d'une soirée. Il a tout fait pour me revoir, trouver mon numéro de téléphone. Moi, je n'aime pas le foot, je ne savais même pas qui il était. Il m'a fait une cour magnifique pendant des semaines. Pour me conquérir, il faut être un gentleman. Je n'ai jamais su draguer et je suis très méfiante ».

« Il faut revendiquer son droit la jouissance ! »

Enfin, Karine Lemarchand a évoqué l'écriture de son livre « L’amour est tout près » : « j'ai commencé mes interviews fin 2012. Cela s'est terminé par une prise de conscience douloureuse, mais salutaire pour moi et le besoin de partir ». Et aujourd’hui, l’amour, dit-elle « reste (sa) grande raison de vivre. Mais je veux de la fantaisie, du rire. Du sexe, aussi. Pour mon livre je me suis aperçue que les femmes pouvaient rester longtemps avec des hommes même si ça se passait mal à ce niveau-là. Il faut revendiquer son droit la jouissance ! Jamais les hommes n'accepteraient cette frustration sans aller voir ailleurs ».