David Cameron refuse de se revendiquer féministe, Twitter bouillonne

David Cameron refuse de se revendiquer féministe, Twitter bouillonne
David Cameron refuse de se revendiquer féministe, Twitter bouillonne
Dans cette photo : David Cameron
Quel est le point commun entre Benedict Cumberbatch, Tom Hiddleston, Nick Clegg et Ed Miliband ? Ces quatre hommes ont répondu à l’appel de la version britannique du « Elle », dans le cadre d’un numéro spécial féminisme. En revanche, David Cameron, le Premier ministre britannique a refusé de se revendiquer publiquement féministe. Une position qui suscité la colère de la rédaction du magazine et provoqué l’incompréhension sur les réseaux sociaux.
A lire aussi


Elle UK, ne décolère pas. Dans la perspective d'un numéro spécial entièrement consacré au féminisme et réalisé en partenariat avec la Fawcett Society – association qui milite pour les droits des femmes –, la version britannique du magazine féminin avait sollicité des personnalités masculines afin qu'elles s'engagent publiquement en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes. Concrètement, ces dernières étaient invitées à revêtir et à se photographier avec un tee-shirt portant l'inscription This is what a feminist looks like (« Voilà à quoi ressemble un féministe », en français). Et alors que les acteurs britanniques Benedict Cumberbatch et Tom Hiddleston, l'acteur, producteur et scénariste américain Joseph Gordon-Levitt, le vice Premier ministre du Royaume-Uni Nick Clegg et Ed Miliband, le leader du parti travailliste, ont chacun répondu à l'appel du magazine, David Cameron, le chef du gouvernement britannique a lui décliné la proposition du magazine. Résultat, ce dernier ne figurera pas dans les pages du nuiméro en kiosque le 30 octobre prochain.

campagne Elle UK


« Nous avons demandé à cinq reprises au Premier ministre s'il voulait porter le tee-shirt de la Fawcett Society This is what a feminist looks like et nous envoyer une photo (cela ne lui aurait pris que dix minutes). Il a refusé cinq fois », raconte Lorraine Candy, rédactrice en chef d'Elle UK dans un long billet. « C'est une honte à plusieurs niveaux. Notamment parce qu'il savait que Nick Clegg et David Miliband avait accepté sans la moindre hésitation mais aussi parce que de nombreuses célébrités masculines sont enchantées de se dire féministes. Mais il semble que le Premier ministre a toujours un problème avec le mot "féministe" ». Responsable des campagnes de la Fawcett Society, Daisy Sands regrette elle aussi ce manque d'implication du Premier ministre. « Nous somme conscients que revendiquer son engagement pour une cause telle que le féminisme est un choix personnel. Or, à l'heure actuelle, il semble que David Cameron ne soit pas à l'aise avec le fait de s'identifier comme tel », analyse-t-elle. Et de conclure : « C'est bien dommage au vu de la contribution du féminisme pour l'avancée du droit des femmes ».

« David Cameron refuse de se dire féministe ? Quel idiot ! »

Opportunément médiatisé par Elle UK, la position de chef du gouvernement a fait, en quelques jours, le tour des réseaux sociaux. Sur Twitter, la plupart des internautes ont ainsi exprimé leur incompréhension quant à ce refus. « Oh, David Cameron, te fiches-tu de la moitié de ton électorat ? », a notamment interrogé une utilisatrice du site de micro-blogging, tandis qu'une autre voyait dans cette décision une « raison supplémentaire de ne pas aimer David Cameron ». Plus virulente, une troisième n'a pour sa part pas hésité pas à qualifier son premier ministre d'« idiot ».


À noter que s'il n'a pas voulu se plier aux règles du magazine, David Cameron aurait toutefois souhaité participé à cette initiative à sa manière. « Quand nous avons interrogé l'entourage du Premier ministre sur les raisons de son refus, on nous a dit qu'il préférait nous fournir la déclaration suivante : "Que vous soyez un homme ou une femme, je crois profondément que tout le monde a un rôle à jouer pour parvenir à une égalité parfaite pour les femmes et les filles. En tant que parent, je suis convaincu que mes filles doivent avoir les mêmes chances que mon fils. Notre société a déjà fait beaucoup de progrès en termes de parité mais la route est encore longue. C'est pourquoi je me suis engagé à faire mon possible pour lever les barrières qui se dressent devant les femmes et construire une société plus juste." » Une déclaration certes pleine de bons sentiments, mais qui ne comporte pas une seule fois le mot féminisme, au grand dam de Lorraine Candy. David Cameron serait-il réellement allergique à ce terme ?

Dans l'actu