Enora Malagré ne veut plus polémiquer sur Cauet

Enora Malagré ne veut plus polémiquer sur Cauet
Enora Malagré ne veut plus polémiquer sur Cauet
Dans cette photo : Jean-Marc Morandini
Enora Malagré  refuse désormais de parler de Sébastien Cauet en interview. Interrogée sur ses débuts aux côtes de l’animateur lors du « Grand direct des Médias » de Jean-Marc Morandini, sur Europe 1, la chroniqueuse de « Touche pas à mon Poste » a éludé la question.
A lire aussi


Entre Cauet et Enora Malagré, la hache de guerre est enterrée. Du moins, c’est ce que souhaiterais la chroniqueuse de Touche pas à mon Poste. Invité la semaine dernière dans « Le Grand direct des Médias » de Jean-Morandini sur Europe 1, la jeune femme connue pour avoir la critique facile a été invité à s’exprimer sur les rapports souvent houleux qu’elle entretient avec plusieurs de ses confrères. Parmi ces derniers, Sébastien Cauet avec lequel elle a fait ses débuts sur NRJ, entre 2010 et 2011. Mais désormais, celle qui anime « Derrière le Poste » sur D8 ne veut plus revenir sur cette époque. « Je n’ai rien à dire sur Cauet », assure-t-elle alors que Jean-Marc Morandini l’interroge sur la façon dont s’est achevée leur collaboration. « Je me suis déjà exprimée là-dessus. Cauet, rien à dire. Je me suis déjà exprimée longuement. J’ai regretté certaines choses mais pas d’avoir travaillé avec lui. C’est un grand monsieur de radio », conclut-elle.

« Chaque fois qu'elle parle de cette expérience à mes côtés, je sens du désarroi  »

Pourtant, le mois dernier, dans une interview à L’Express, l’acolyte de Cyril Hanouna confiait regretté ses débuts sur NRJ. « J'ai fait des erreurs en étant avec lui. J'ai fait des choses que je regrette, d'autres pas. Avec du recul, quand je me vois dans certaines séquences, je me dis : "Mais comment ai-je pu être aussi putassière ?" », avouait-elle alors. Des confidences que l’animateur de « C’Cauet » n’avait pas apprécié. « Je lui souhaite juste de se sortir de ce traumatisme », avait-il ironisé dans les colonnes de Télé Star. Et de poursuivre :  « Chaque fois qu'elle parle de cette expérience à mes côtés, je sens du désarroi et de la tristesse. Ça doit être dur d'être découverte et mise en avant comme ça sur la première émission de radio de France. La pauvre ! Faudrait essayer de la plaindre un peu ».