Affaire Soizic Corne : ONPC mis en demeure par le CSA

Affaire Soizic Corne : ONPC mis en demeure par le CSA
Affaire Soizic Corne : ONPC mis en demeure par le CSA
L'affaire Soizic Corne n'a pas fait sourire le Conseil supérieur de l'audiovisuel qui considère que le talk-show de Laurent Ruquier n'a pas respecté la charte de "France Télévision".
A lire aussi
Affaire Fiona : Cécile Bourgeon, la mère de la fillette, reste mise en examen pour "coups mortels aggravés"
justice
Affaire Fiona : Cécile Bourgeon, la mère de la fillette,...


L'équipe d' « On n'est pas couché » est-elle allée trop loin ? La boulette sur la fausse mort de Soizic Corne n'a en tout cas pas fait rire le CSA. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a mis en demeure France 2 pour « atteinte à la dignité de la personne humaine » après que Laurent Ruquier et sa bande se sont amusés de la soi-disant mort de l'ancienne animatrice.

« Un tel échange, faisant du décès éventuel d'une personne un sujet de plaisanteries collectives, porte atteinte à la dignité de la personne humaine constituant ainsi un manquement aux dispositions de l'article 1er et du premier alinéa de l'article 15 de la loi du 30 septembre 1986, ainsi qu'à celles du premier alinéa de l'article 36 du cahier des charges de la société France Télévisions », explique le Conseil supérieur de l'audiovisuel

Le CSA reproche à la production de ONPC de ne pas avoir coupé la séquence

Dès le lendemain de la diffusion, la famille de Soizic Corne s'était en effet manifestée pour certifier qu'elle était toujours en vie mais dans un état de santé difficile. Aujourd'hui, le CSA reproche à la production d'ONPC de ne pas avoir coupé la séquence au montage « malgré la demande formulée en ce sens par l'invité de l'émission. »

En effet, le CSA n'a que moyennement apprécié les excuses tardives et « présentées sur un ton décalé et distancié » de Laurent Ruquier.