Journée de la Femme Digitale 2014 : exit les managers ringards

Journée de la Femme Digitale 2014 : exit les managers ringards
Journée de la Femme Digitale 2014 : exit les managers ringards
Mobilité, connectivité, adaptabilité : et si c’était l’équation du management de demain ? Le débat était au cœur de la deuxième édition de la Journée de la Femme Digitale, grand-messe numérique au féminin qui se déroule à Paris. Retour sur les bonnes pratiques pour un management inspiré à l’ère du digital.
A lire aussi
Journée de la femme digitale : "Le Web est un outil d’égalité entre les sexes"
femmes
Journée de la femme digitale : "Le Web est un outil...


A l’ère du digital, le management à la papa a peu de chances de trouver de l’écho auprès de la génération C, entendez par-là la génération connectée. Ultra mobile, peu sensible à une organisation verticale, connectée en permanence, cette génération de nouveaux salariés et collaborateurs change la donne et modifie en profondeur les pratiques managériales… Comment motiver et mener ses équipes à la sauce numérique ? Suivez les best practices.

C’est quoi un manager digital ?

« Le manager tel qu’on le connaissait n’existe plus ! », assure catégoriquement Huguette Ranc, PDG de IBM France Financement. Et oui, le manager du passé, qui était « celui qui sait », a laissé place au leader d’aujourd’hui. Son rôle ? Partager, inspirer, mener, faire germer... Pour Virginie Fauvel, directrice digital & market management d’Allianz France, le manager de l’ère digitale se doit d’être celui qui « pose l’exigence, inspire une ambition forte et sait transmettre l’enthousiasme ».

D’ailleurs, c’est prouvé : quand on essaie de transmettre quelque chose avec de l’agressivité et de la tension, les personnes apprennent rapidement, mais au bout d’un moment, plafonnent, tandis que si l’on applique une énergie positive, si l’apprentissage est plus lent, il va aussi plus loin. Rester cool, c’est aussi ça le credo du manager de demain.

>> Comment être un parfait manager en six leçons <<

Savoir fêter les succès

Stéphanie Tramicheck (Pinterest), Virginie Fauvel (Allianz), Huguette Ranc (IBM) : elles l’affirment toutes, le digital et la génération Y apportent énormément au management et « poussent à changer nos façons de faire ». Nouvel objectif pour le manager : être dans l’exemplarité et le courage. L’enjeu étant là de savoir passer du vertical à l’horizontal, dans des équipes moins hiérarchisées. Et le manager, dans ces nouvelles organisations, doit « savoir remettre de l’humain et faire paravent contre le stress ». Point essentiel pour détendre et dynamiser ses équipes : savoir fêter les succès. Rien de mieux en effet qu’une séance d’autocongratulation en bonne et due forme pour réinsuffler de la motivation dans une équipe.

>> Survivre au pot d'entreprise <<

Un bon manager sait se servir de ses outils (digitaux)

Être manager aujourd’hui, cela demande aussi de bien contrôler et de savoir se servir des outils digitaux. Partage de documents, réseaux sociaux, connectivité : difficile de manager une équipe de la génération Y si l’on ne partage pas les mêmes codes et usages qu’elle ! Conseil aux managers à l’heure du digital : mettez-vous aux réseaux sociaux et ne fuyez pas les formations aux outils numériques, qui sont, d’après Virginie Fauvel, en passe de devenir « aussi importants que de savoir lire et écrire ».

>> Comment travailler sa sociale présence ? <<


Managers, je vous aime

Le grand chamboulement reste cette nouvelle relation que l’on entretient avec son manager. Fini le temps du boss enfermé dans son bureau qui ne communiquait que par secrétaire interposée… « Le lien au manager est aujourd’hui complètement différent, affirme Huguette Ranc. On s’adresse désormais à lui de manière directe et lui-même sollicite en retour les avis de ses collaborateurs. Plus de transparence, plus de visibilité mais aussi plus de reconnaissance pour les employés. « C’est au manager de travailler sur cette notion de reconnaissance et de récompenser le travail de groupe plus que de l’individu d’ailleurs », souligne Stéphanie Tramicheck. Finie donc la priorité de l’ego, place à la collectivité. C’est aussi ça le digital.

>> Elles ont réussi dans le digital : 32 portraits inspirants de leaders du numérique <<