Equal pay day : l’(in-)égalité salariale en 4 chiffres

Equal pay day : l’(in-)égalité salariale en 4 chiffres
Equal pay day : l’(in-)égalité salariale en 4 chiffres
Pour gagner la même chose que leurs homologues masculins au 31 décembre 2013, les femmes auront travaillé jusqu'à ce lundi 7 avril. En cette sixième journée de l'Equal Pay Day organisée par l'ONG BPW, voici 4 chiffres qui séparent encore homme et femmes de l’égalité salariale.
A lire aussi


77 : C’est le nombre de jours de travail supplémentaires qu’il a fallu aux femmes pour gagner le même salaire que les hommes en 2013, selon l'ONG BPW qui organise ce lundi 7 avril l'Equal Pay Day pour la sixième année en France. Par comparaison, en Suisse, les femmes auront dû attendre jusqu’au 7 mars pour connaître l’Equal Pay Day, en Belgique jusqu’au 18 mars pour obtenir ce que leur homologues masculins avaient au 31 décembre, les Allemandes jusqu’au 21 mars et les Françaises donc, jusqu’à ce lundi 7 avril.

28 : C’est en pourcentage l’écart de salaire médian entre les femmes et les hommes en France en 2013. Mais selon la présidente de l'association Business and Professional Women, Christiane Robichon, cet écart devrait sensiblement baisser cette année : « L'an prochain, la date aura basculé en mars. On est enfin passé sous la barre des 20% d'écart de salaire... », a-t-elle expliqué Le Parisien. Ainsi, selon les derniers chiffres du ministère du Travail, pour une rémunération masculine de 2 312 euros, une femme toucherait actuellement 1 863 euros. Une bonne nouvelle qui reste toutefois a nuancé, selon Christiane Robichon : « Il reste des domaines, comme l'assurance ou la banque notamment, où il vaut encore clairement mieux être un homme ». Ainsi si la différence de salaire est de l’ordre de 1,2%, dans le secteur du bâtiment et de la construction, il est encore de plus de 40% dans la finance et les assurances.


>> Top 5 des chiffres désespérants sur l’(in)égalité hommes-femmes <<


9 : C’est le nombre de fois qu’un homme serait plus enclin à demander une augmentation qu’une femme, selon l’INSEE. « Il ne s’agit pas simplement de confiance personnelle ou d’estime de soi mais aussi de représentation collective assignant des rôles, des priorités différenciées aux salariés des 2 sexes », constate le ministère des Droits des femmes qui lance en ce jour d'Equal Pay Day une application pour mobiles et smartphones. Celle-ci a pour objectif de « coacher » les femmes au travail, notamment dans la bataille pour l'égalité salariale. En effet, selon l’INSEE, 72% des sondés pensent que pour une femme, la famille est plus importante que la vie professionnelle, tandis que 48% pensent qu’il en est de même pour un homme. 20% des personnes interrogées pensent même que les femmes sont moins intéressées que les hommes par les postes à responsabilités…

0,4 : C’est le nombre de point supplémentaire de croissance que pourrait générer le rapprochement des taux d’activité entre femmes et hommes selon la Commission européenne.

>> L'égalité professionnelle, c'est pour quand ? <<