Et la meilleure entreprise pour les cadres est...

Et la meilleure entreprise pour les cadres est...
Et la meilleure entreprise pour les cadres est...
Pour la deuxième année consécutive, EDF est jugée comme l'entreprise la plus attirante pour les cadres. Tel est le principal enseignement du baromètre Viavoice pour Le Figaro / France Inter et HEC paru hier. Les établissements publics et le secteur de l'énergie semblent particulièrement convoités par des cols blancs dont le moral repart à la hausse.
A lire aussi


Entre EDF et les cadres, le courant passe. C'est du moins ce qu'affirme le baromètre Viavoice pour Le Figaro / France Inter et HEC, publié lundi 2 juin. Selon l'étude, le distributeur d'électricité serait l'entreprise la plus attirante pour les cols blancs et ce pour la deuxième année consécutive. Ainsi, 16 % des cadres interrogés dans  le cadre de cette enquête déclarent spontanément souhaiter y travailler. Le secteur de l'énergie dans son ensemble, jugé « très compétitif et fortement présent à l'international », semble particulièrement attractif aux yeux des cadres.

En outre, les établissements publics tirent leur épingle du jeu. En effet, derrière EDF - détenue à 84% par l'Etat - la SNCF est citée par 10% des sondés. « Le secteur public demeure ainsi une valeur sûre professionnellement, particulièrement en période de perspectives économiques jugées moroses ou incertaines », indiquent les auteurs du baromètre. Des entreprises détenues par l'Etat qui semblent avoir les faveurs des cadres, puisqu'elles apparaissent devant des groupes comme Total (cité par 9%) Airbus (7%) ou encore le géant américain Google (6%).

Les cols blancs retrouvent le moral

Le moral des cadres paraît aussi repartir à la hausse. Le baromètre met en avant « une amélioration notable » de ce point de vu, qui serait liée à l'inflexion « des inquiétudes en matière d'emploi ». Si 55% des cadres estiment que le chômage continuera de progresser dans les mois à venir, cette proportion diminue nettement par rapport au mois précédent (65%). Le taux de chômage des cadres, traditionnellement très bas, est passé de 3,8 à 4,2% en deux ans (contre 10,9% dans l'ensemble de la population active).

Les inquiétudes se concentrent sur le pouvoir d'achat et le niveau de vie. Plus d'un col blanc sur deux (51%) juge que celui-ci va se « dégrader » dans l'année à venir.

Le sondage a été effectué en ligne du 13 au 19 mai au près d'une échantillon de 400 personnes représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine, suivant la méthode des quotas.