Photoshop : la dictature de la femme parfaite démontée - photos

Photoshop : la dictature de la femme parfaite démontée - photos
Photoshop : la dictature de la femme parfaite démontée - photos
Dans cette photo : Marion Cotillard
Pour dénoncer le culte du corps parfait véhiculé par la pub et par la presse féminine, Anna Hill, une étudiante de 24 ans, s'est transformée, à coups de retouches Photoshop, en pin-up aux traits ciselés et aux courbes idéales. Le résultat est bluffant.
A lire aussi


Que cela soit dit une bonne fois pour toutes : non, la femme au corps parfait n'existe pas. Même les mannequins qui posent en couverture des magazines en papier glacé ou dans les publicités ne sont pas tout à fait réelles. Elles sont bien souvent passées par la case Photoshop : leurs petites imperfections sont gommées par le logiciel de retouches. Mais pas seulement : leurs yeux sont agrandis, leurs seins gonflés, leurs jambes rallongées.

Lassée d'être régulièrement confrontée à cette image erronée de la beauté féminine, Anna Hill, 24 ans, a décidé de mettre à profit ses compétences sur Photoshop pour dénoncer l'utilisation excessive du logiciel de retouches sur les photos de mode. Étudiante à l'East Carolina University, Anna a même décidé d'y consacrer son projet de fin d'études en se mettant elle-même en scène dans des photographies retouchées à l'excès. « J'ai pensé que ce serait amusant de se moquer de toutes ces publicités qui sont numériquement retouchées, a confié Anna Hill au site The Blaze. En fait, ces pubs utilisent tellement Photoshop qu'elles font autant la publicité du logiciel que des produits qu'elles sont censées promouvoir. »

Une parodie des pubs de mode

Intitulé « Beauty is only Pixel Deep » (« La beauté n'est qu'une question de pixels »), le projet d'Anna est impressionnant. De mignonne étudiante, la jeune femme de 24 ans se transforme, grâce aux retouches numériques, en pin-up aux yeux immenses et au grain de peau parfait. Ses jambes - auparavant d'une longueur standard, peuvent désormais rivaliser avec celle d'une Barbie, et ses cheveux semblent tout droit sortis d'une pub pour un shampoing. « Honnêtement, je me suis beaucoup amusée à me photoshoper, je pensais à ce travail comme à la création d'un personnage de jeu vidéo ultra réaliste : le résultat final n'était pas vraiment moi, juste un personnage idéalisé sur un écran. »

Mais Anna Hill reconnaît elle-même les effets pervers d'un tel projet : « J'ai remarqué que pendant que je travaillais là-dessus et que je revenais à la photo originale, elle avait l'air tellement imparfaite, comme trop brute. Il m'a fallu un certain temps pour que cette perception biaisée de mon propre corps s'estompe. »

Une dénonciation des abus de Photoshop

Surtout, la jeune femme a été stupéfaite par le nombre de personnes étant persuadées que les images n'avaient pas été retouchées, comme si avoir un corps aux mensurations parfaites était devenu la norme. Elle explique avoir dans un premier temps posté les photos d'elles sur Reddit, où de nombreux internautes ont cru qu'il s'agissait d'images originales. « Mon projet est aussi un moyen de rappeler aux gens que les images de corps et de visages parfaits véhiculés dans les médias ne sont pas la réalité de ce que nous voyons tous les jours. Et que si une personne sur une photo semble parfaite, alors dans 90% des cas, elle est irréelle. Photoshop est un outil extraordinaire, poursuit-elle, et je l'aime beaucoup - sinon je n'aurais pas passé des années à l'étudier - mais je voulais montrer qu'il est aussi à l'origine de nombreux abus ».

VOIR AUSSI

Des mannequins plus rondes feraient des femmes plus confiantes
H&M lance le mannequin normal : coup de pub ou vraie bonne idée ?

Photoshop, le produit de beauté le plus efficace - vidéo

De
Marion Cotillard à Kristen Stewart : 15 stars au naturel dans W Magazine