Cancer du sein : un médicament préventif porteur d'espoir

Cancer du sein : un médicament préventif porteur d'espoir
Cancer du sein : un médicament préventif porteur d'espoir
L’Aromasine, un médicament anti-œstrogène, permettrait de réduire de 65 % le risque de cancer du sein, selon un essai clinique dévoilé le week-end dernier. Une nouvelle prometteuse pour une maladie qui tue plus de 500 000 femmes par an dans le monde.
A lire aussi

Selon un essai clinique présenté samedi dernier lors de la 47ème conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago, l'Aromasine réduirait de 65% le risque de cancer du sein ou tout risque de réapparition de la maladie chez des femmes ménopausées. Ce médicament empêchant la production d'œstrogènes, a également permis une réduction de la taille des tumeurs et l’apparition de cancers moins agressifs. Entre 2004 et 2010, près de 4 560 femmes présentant un risque de cancer du sein, se sont prêtées au test clinique. La moitié d’entre elles ont pris un placebo et l’autre moitié de l'Aromasine commercialisée par le laboratoire américain Pfizer.
« Non seulement notre étude sur l'Aromasine montre une réduction impressionnante du risque de cancer du sein (65%) mais aussi d'excellents résultats concernant les effets secondaires », a précisé Paul Goss, professeur de médecine à la faculté de médecine de Harvard et principal auteur de cette étude, publiée dans le New England Journal of Medicine.
Seuls effets indésirables lors de la prise du traitement : la fatigue, les bouffées de chaleur, des insomnies et des douleurs articulaires.
Chaque année dans le monde, 1,3 million de femmes sont diagnostiquées souffrantes d'un cancer du sein et près de 500 000 en décèdent.

(Source : AFP)

Charlotte Charbonnier

VOIR AUSSI

Cancer : une campagne pour changer de regard sur la maladie
5 tasses de café par jour réduiraient les risques de cancer du sein
Cancer du sein : les femmes se font moins dépister