Sida : les antirétroviraux dès le début de l'infection ?

Sida : les antirétroviraux dès le début de l'infection ?
Sida : les antirétroviraux dès le début de l'infection ?
Un groupe d'experts internationaux a appelé dimanche à prescrire des antirétroviraux aux personnes infectées par le VIH dès le début de la maladie. La prise anticipée de ces traitements réduirait le risque de contamination par d'autres infections lié à l'affaiblissement du système immunitaire.
A lire aussi


À l’occasion de la 19e Conférence internationale sur le Sida, un groupe d’experts internationaux, l’International Antiviral Society-USA, a recommandé dimanche la prise de traitements antirétroviraux par les personnes contaminées par le VIH dès le début de l’infection. Cet avis va dans le sens de recommandations déjà émises par le ministère américain de la Santé, ainsi que par l’OMS.

La prise anticipée de ces traitements antirétroviraux réduirait le risque de contamination par d’autres infections dû à l’affaiblissement du système immunitaire. Actuellement, il est recommandé de commencer les antirétroviraux lorsque le compte des cellules immunitaires tombe en dessous de 500 par millimètre cube de sang (le taux d’une personne en bonne santé oscille en 600 et 1200 cellules par millimètre cube). Si les recommandations sont suivies, les traitements devraient être entamés alors que la baisse du nombre de cellules immunitaires est encore minime.

Jusque-là, la prise tardive des antirétroviraux était justifiée par certains risques comme le fait que les patients ne présentant pas encore de symptômes d’affaiblissement du système immunitaire puissent ne pas suivre leur traitement de manière régulière, ce qui entraînerait le développement d’une résistance à la thérapie.

Le groupe de chercheurs de l’International Antiviral Society-USA assure que « depuis que le premier antirétroviral (ARV) a été autorisé (…) il y a 25 ans, ces traitements ont vu leur efficacité s’améliorer nettement et les effets secondaires fortement diminuer ». Selon eux, la « disponibilité des ARV a entraîné une diminution drastique du nombre d’infections et de décès ».

Reste à savoir si le coût de la prise anticipée de ces traitements ne sera pas un trop grand obstacle à leur mise en œuvre. Pour le Dr Mélanie Thompson de l’ONG Aids Research Consortium d'Atlanta, il s’agit d’une « question de volonté politique ».

Selon l’Onusida, programme de l’ONU spécialisé dans la lutte contre la maladie, 34 millions de personnes vivraient avec le virus à travers le monde.

Viviane Clermont

(Source : AFP)
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Sida : vers une « génération libérée » de la maladie
Sida : lancement de campagne de prévention estivale à Paris
Sida : un sommet de l'ONU pour réaffirmer les engagements internationaux
Truvada : vers la commercialisation du 1er traitement préventif contre le Sida