Obésité et grossesse : quels risques pour la future maman et le bébé ?

Obésité et grossesse : quels risques pour la future maman et le bébé ?
Obésité et grossesse : quels risques pour la future maman et le bébé ?
Sans le savoir, de plus en plus de femmes enceintes s’exposent à des grossesses à risque en raison de leurs problèmes de surpoids voire de leur obésité. Un phénomène en passe de devenir un véritable problème de santé publique.
A lire aussi


Il semble loin le temps où l'on encourageait les femmes enceinte à manger pour deux. Aujourd'hui, les professionnels encouragent les femmes enceintes à surveiller leur poids car l'obésité croissante de ces dernières est en passe devenir un problème de santé publique. Selon la dernière enquête nationale sur l'obésité, 32% des futures mères âgées de 25 à 34 ans seraient en surpoids (dont 11% d'obèses). Un chiffre qui grimpe à 37% chez les 35-44 ans (16% d'obèses).

Or la liste des risques liés au surpoids est longue. Pour Joëlle Belaïsch Allart, vice-présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, dont les 36e Journées se tiennent jusqu'à vendredi à Paris, l'obésité est un facteur de « grossesse à risques ». Elle multiplie par ailleurs les complications au moment de l'accouchement (césariennes, hémorragies post partum), de fausses-couches ou de prématurité.

En Grande-Bretagne, les FIV refusées aux femmes dont l'IMC est supérieur à 35

L'obésité de la mère a également une influence sur le développement de son enfant puisqu'elle augmente les risques malformations neurologiques et cardiaques de ce dernier, et d'obésité infantile entre 2 et 4 ans. « Il y a de vrais risques pour la femme et l'enfant qui ne sont pas suffisamment connus des futures mères et des médecins », insiste ainsi le docteur Joëlle Belaïsch Allart, interrogé par lefigaro.fr.

À noter qu'au-delà des risques encourus par les femmes enceintes, les femmes obèses, d'une manière générale, sont davantage confrontées à l'infertilité. Chez elles, les troubles de l'ovulation sont plus fréquents et les traitements de simulation ovarienne plus longs et moins efficaces. Face à ce phénomène, une décision radicale a été prise outre-Manche : les tentatives de fécondations in vitro (FIV) sont systématiquement refusées aux femmes dont l'indice de masse corporel (IMC) est supérieur à 35. Il n'est bien sûr pas question d'instaurer cette sanction en France mais plutôt de sensibiliser les futures mères et les professionnels de santé.  

VOIR AUSSI

10 signes qui prouvent que votre collègue est enceinte
Bientôt maman : se nourrir au rythme des besoins de bébé
Bien manger en attendant bébé : un régime spécial grossesse
Bientôt maman : se nourrir au rythme des besoins de bébé