Mortalité néonatale : les femmes prennent trop de risques durant leur grossesse

Mortalité néonatale : les femmes prennent trop de risques durant leur grossesse
Mortalité néonatale : les femmes prennent trop de risques durant leur grossesse
Malgré un taux de natalité toujours dans les meilleurs en Europe (12,72% en 2012), la France reste mal classée quand on aborde le taux de mortalité néonatale. Les indicateurs en ce qui concerne les femmes enceintes et la santé de leurs bambins ne sont pas bons. C'est ce que révèle un rapport publié en début de semaine par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
À lire aussi

Tous les 5 ans, une étude à l’échelle européenne est réalisée par l’Inserm dans laquelle sont comparés les indicateurs de santé périnatale de 26 pays de l'Union européenne, plus l'Islande, la Norvège et la Suisse. Avec 2,3 morts pour 1000 naissances, la France se retrouve en 17e position du classement européen de la mortalité néonatale (décès de nourrissons de moins de 27 jours). Une position qui régresse par rapport à la précédente enquête datant de 2005 dans laquelle la France était en 6e position. Cette régression met en lumière les risques pris par les femmes enceintes françaises durant leurs grossesses. Le résultat de ce rapport est plus ou moins lié aux facteurs de risques périnataux comme le confirme le Pr François Goffinet, directeur de l'unité de recherches épidémiologiques en santé périnatale (Inserm), « sans expliquer à eux seuls ce résultat préoccupant, plusieurs facteurs sont de nature à le favoriser ».

Les Françaises font des enfants plus tard, à l’âge de 35 ans voire plus pour 19,2% d’entre elles, ce qui peut donner lieu à des complications, comme le confirme le Pr François Olivennes, interrogé sur la question en avril 2013 par le Nouvel Observateur : « On pense qu’au-delà de 40 ans, mais surtout au-delà de 43, 44, 45 ans, il y a plus de complications vasculaires, d’hypertension artérielle, plus de diabète et d’accouchements prématurés ; il y a aussi davantage de complications de l’accouchement même, de césariennes ». Le tabac pendant la grossesse est aussi responsable de beaucoup de dégâts. Le rapport indique que 19% des femmes enceintes continuaient à fumer durant leur grossesse en 2010. Un chiffre renforcé par une autre étude sur la consommation de substances psychoactives en 2013 qui présentait un résultat de 24% pour les futures mères fumeuses. Des chiffres et un tabagisme qui ont alerté la ministre des affaires et de la santé Marisol Tourraine. L’obésité fait également parti des risques, et concernait, en 2010, près de 10% des femmes enceintes. L’encadrement et la prise en charge lors de la grossesse sont aussi pris en considération en tant que responsables de ce mauvais résultat.

Camille Coutant

VOIR AUSSI

Grossesse : le tabagisme passif nuit gravement au cerveau de bébé in utero
Obésité et grossesse : quels risques pour la future maman et le bébé ?
15 millions d'enfants prématurés chaque année dans le monde
La pollution perturbe le poids des bébés à la naissance