La pilule efficace pour prévenir le cancer de l'ovaire

La pilule efficace pour prévenir le cancer de l'ovaire
La pilule efficace pour prévenir le cancer de l'ovaire
Selon une étude américaine, la pilule contraceptive protègerait les femmes du développement d'un cancer de l'ovaire. La durée d'exposition à la contraception hormonale orale et l'âge de la première prise aurait un effet considérable sur la diminution du risque.
A lire aussi
Cancer du sein : un massage vigoureux des seins pour prévenir l'apparition de la maladie ?
femmes
Cancer du sein : un massage vigoureux des seins pour...


Alors que les pilules de dernière génération, accusées d’accroître le risque de thrombose veineuse des utilisatrices, ont été largement décriées ces derniers mois, une étude américaine récemment parue dans la revue Obstétrics & Gynecology vient de démontrer l’effet protecteur de la contraception hormonale orale contre le cancer de l’ovaire.

De précédentes enquêtes avaient déjà mis en lumière le fait que la prise de pilule réduit le risque de développer la maladie, mais cette fois, l’analyse des résultats de 55 recherches portant sur le lien entre cancer de l’ovaire et pilule a permis à Laura Havrilesky et à son équipe de l’Université de Duke en Caroline du Nord (États-Unis) de définir l’ampleur de cette protection. Les chercheurs ont ainsi estimé que la diminution du risque de cancer de l’ovaire chez les femmes sous contraception orale était de l’ordre de 27%. Un chiffre qui varie selon la durée de prescription, avec une réduction du risque de 23% avec une exposition de 13 mois à 60 mois (soit cinq ans), de 35% pour une exposition de 61 mois à dix ans et de 57% pour une imprégnation supérieure à dix ans.

Autre facteur à prendre en compte, l’âge des patientes. En effet, plus les femmes commencent à prendre la pilule jeunes, plus le risque diminue. Selon les calculs des scientifiques, le risque de cancer de l'ovaire était abaissé de 37% si la patiente avait commencé la pilule avant 20 ans, de 29% si elle l’avait commencé entre 20 et 24 ans et de 33% si la contraception orale avait été entamée entre 25 et 30 ans. À noter que cette maladie constitue la septième cause de cancer féminin en France ; environ 4 400 nouveaux cas  sont recensés chaque année, occasionnant environ 3 000 décès. Pour autant,  l’équipe de Laura Havrilesky rappelle que ces résultats ne doivent pas faire oublier les risques connus de la pilule contraceptive.

Plus d'actu sur : La contraception en débat

Contraception naturelle : comment se protéger écolo
Contraception : pourquoi les Françaises continuent de bouder la pilule
Peut-on tomber enceinte pendant nos règles ?