Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...

Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
La pilule Diane 35, retirée du marché français en mai dernier, pourra de nouveau être prescrite. La Commission européenne estime que les bénéfices de ce médicament anti-acné largement utilisé comme contraceptif sont supérieurs aux risques de thrombose veineuse. Les prescriptions devraient cependant être mieux encadrées.
A lire aussi


Diabolisée en plein débat sur les pilules de deuxième et de
troisième génération, Diane 35 (laboratoires Bayer) avait été interdite par l’ANSM en mai 2013. L’agence française du médicament avait estimé que la prescription de ce médicament anti-acné comme contraceptif entraînait trop de risques de thrombose veineuse. La Commission européenne vient d’invalider cette décision, et recommande la remise sur le marché du produit, estimant que les bénéfices de ce médicament sont supérieurs aux risques pour certaines patientes.

Des prescriptions restreintes

L’ANSM a réagi et annoncé que la décision de la Commission serait respectée. De son côté le laboratoire Bayer s’est félicité de ce revirement, promettant de « remettre à la disposition des professionnels de santé et des patientes une alternative thérapeutique pour un besoin médical existant ». En effet l’avis européen s’accompagne d’une restriction des prescriptions de Diane 35. Étant donné les risques constatés de thrombo-embolie veineuse, le médicament sera « contre-indiqué chez les patientes ayant des antécédents ou une prédisposition héréditaire à la thrombose veineuse », et ne devra pas être utilisé « en concomitance avec un autre contraceptif hormonal ».


Des notices d’utilisation revues

Les notices de la pilule Diane 35 devraient rapidement être revues dans ce sens. Tout l’enjeu sera donc de savoir repérer les patientes à risque, grâce à un suivi médical renforcé, suivi qui s’avère d’autant moins évident lorsque des jeunes filles consultent très jeunes pour des problèmes d’acné.

Selon une enquête diffusée en janvier 2013, Diane 35 présente quasiment les mêmes facteurs de risques thrombo-emboliques que les pilules de troisième génération : le risque de souffrir d'une phlébite et d'une embolie pulmonaire serait multiplié par trois chez les femmes qui l’utilisent. Du reste, cette pilule n’a jamais été remboursée, et selon certains avis, son efficacité contraceptive n’aurait pas été démontrée formellement.


VOIR AUSSI

Diane 35, Mediator : ces médicaments dangereux détournés de leur usage d'origine
Contraception : la liste des pilules de 3e génération jugées dangereuses
Pilule, l'ère du soupçon : le dossier de la rédaction

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires
Contraception : les ventes de pilules 3G et 4G chutent de 44% en avril