Tabac : du sucre pour recruter les jeunes et les femmes

Tabac : du sucre pour recruter les jeunes et les femmes
Tabac : du sucre pour recruter les jeunes et les femmes
Une étude menée par "60 millions de consommateurs" en partenariat avec le comité national contre le tabagisme (CNTC) révèle que les fabricants de tabac utilisent trop de sucre et d’arômes pour adoucir le goût du tabac. Cette façon de procéder n’est pourtant pas illégale.
A lire aussi
Cette actrice de "Smallville" recrutait des femmes pour en faire des esclaves
News essentielles
Cette actrice de "Smallville" recrutait des femmes pour...


Les fabricants de tabac utilisent trop de sucre et d’arômes dans l’élaboration de leurs produits. C’est ce que révèle le mensuel 60 millions de consommateurs, qui publie dans son numéro de novembre les résultats d'un test réalisé par l’Institut national de la consommation (INC) en partenariat avec le Comité national contre le tabagisme (CNCT). Les spécialistes ont en effet analysé en laboratoire la composition de 20 produits aromatisés, comprenant des cigarettes, des tabacs à rouler, à pipe et à narguilé, des cigarillos et des papiers à rouler. La conclusion de ces analyses est inquiétante puisqu'il y aurait près de 10% de sucre dans les tabacs à rouler, 37% dans les tabacs à narguilé. Plus préoccupant encore, du côté des cigarillos vanillés, le taux d’arômes utilisés est 10 fois supérieur à la dose autorisée.

En ajoutant donc du sucre et des arômes, en toute opacité puisque la composition ne figure pas sur les paquets, les fabricants souhaitent adoucir le goût du tabac et ainsi attirer de nouveaux consommateurs, notamment les jeunes et les femmes. Interrogé par Europe 1, le professeur Yves Martinet, pneumologue et président du CNTC, a vivement réagi hier déclarant que « l'objectif est de séduire les enfants pour les faire passer du bonbon à la cigarette-bonbon et puis au tabac classique ». « Ce sont nos enfants que l’industrie du tabac recrute pour faire des profits pour les multinationales », s’est-il indigné. Ce comportement, bien que moralement condamnable, n’est en revanche pas illégal. En effet, depuis trois ans, une loi interdit de mettre du sucre ou des arômes vanillés dans les cigarettes, mais rien n’est prévu pour les autres produits du tabac. « On a limité notamment la possibilité de mettre des arômes de vanille dans les cigarettes mais on n’a pas limité les autres arômes » explique aussi Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs. « Ils en mettent autant qu’ils veulent. On fume du sucre et de l’arôme de chocolat, barbe à papa et tout ce que vous voulez. Quand vous achetez un yaourt vous savez ce qu’il y a dedans mais ça n’est pas le cas quand vous achetez un paquet de cigarettes et ça, ce n’est pas normal ». 60 millions de consommateurs et le CNT exigent donc « une réglementation qui concerne l’ensemble des produits du tabac et pas seulement les cigarettes » mais aussi l’interdiction de « l’utilisation de tout type d’arôme destiné à rendre les produits plus attractifs » et une « plus grande transparence dans l’étiquetage ».

Dans le même temps la Ligue contre le cancer vient de lancer une campagne choc contre les industriels du tabac intitulée « Tueurs-Payeurs ». Sur le site de la Ligue, deux compteurs tournent en permanence : celui du nombre de morts liées au tabac depuis le 1er janvier dernier et celui des profits de l’industrie du tabac. Selon la Ligue contre le cancer, environ 15 000 personnes meurent dans le monde chaque jour à cause du tabac et le chiffre d’affaires quotidien de l’industrie du tabac atteindrait 900 millions de dollars.

Voir la vidéo Tueurs-Payeurs

Alexandre Roux

(Source : Europe1.fr)
Crédit photo : istockphoto

VOIR AUSSI

Tabac : nouvelle hausse des prix, 600 millions d’euros pour la sécu
Journée sans tabac : la lutte continue
Tabac : 9% des 9-11 ans ont déjà fumé
Tabac : Valérie Pécresse annonce un plan de lutte contre la contrebande