Ségolène Royal : victime d'un Google bombing sur Translate

Ségolène Royal : victime d'un Google bombing sur Translate
Ségolène Royal : victime d'un Google bombing sur Translate
Dans cette photo : Ségolène Royal
Selon Google Translate, « boobs massage » signifie « Ségolène Royal » et non « massage de seins ». Une mésaventure de la toile remarquée par des internautes, qui en ont informé le moteur de recherche.
A lire aussi
Ligue du LOL : comment la Force juridique de la Fondation des Femmes aide les victimes
News essentielles
Ligue du LOL : comment la Force juridique de la Fondation...


Ce 5 octobre, plusieurs internautes ont notifié à Google une faille de son outil de traduction Translate. Lorsqu’un utilisateur demandait la traduction de « boobs massage » (massage de seins) de l’anglais vers le français, il obtient comme réponse « Ségolène Royal ». Les traductions sont suggérées par le travail de traducteurs du monde entier, qui ont la permission de modifier le mécanisme de recherche afin d’en améliorer les résultats. Ou bien de faire des blagues, comme celle dont l’ex-compagne de François Hollande aurait été victime. Vers midi ce lundi, Google avait réparé l'erreur, mais les bizarreries de ce type sont fréquentes et plus ou moins bien inspirées sur les sites du géant de la recherche.


Nicolas Sarkozy apparaît lorsque que écrivez « trisomique » dans la barre de recherche Google ? « Mafieux » surgit lors d’une recherche sur Jacques Chirac ? Il s'agit d’un Google Bombing, une technique de référencement Google qui permet d’influencer les résultats obtenus. Un stratagème comique souvent utilisé aux Etats-Unis notamment pour tourner les politiques en dérision. Ainsi, la semaine dernière, le candidat à la présidentielle américaine Mitt Romney apparaissait dans la recherche « completely wrong », qui signifie simplement « complètement nul ».

Salima Bahia

A VOIR AUSSI

Ségolène Royal remercie les auteurs qui ont évoqué la jalousie de Valérie Trierweiler
Ségolène Royal : pourquoi elle ne sera pas à l'université d'été du PS
Tweet de Trierweiler : Royal accuse un « coup violent »