Téléphone en concert surprise au Bus Palladium : reformation ou pas ?

Téléphone en concert surprise au Bus Palladium : reformation ou pas ?
Téléphone en concert surprise au Bus Palladium : reformation ou pas ?
À la surprise générale, les membres de l'ancien groupe de rock français Téléphone ont investi la scène du Bus Palladium pour un petit concert improvisé ce mercredi 11 octobre. Le groupe est-il en passe de se reformer ?
A lire aussi


Téléphone ferait-il son grand come-back ? Trois des quatre membres du groupe mythique des années 1980 ont en tout cas décidé d’offrir un concert surprise aux spectateurs du Bus Palladium ce mercredi soir à Paris, sur une initiative de Philippe Dana, un ancien de Canal+ et du Mouv'. Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka ont donc débarqué sur la scène de la salle parisienne et ont interprété pendant une heure leurs titres les plus connus accompagnés d’Axel Bauer à la basse.

Selon un des spectateurs, interviewé par le Parisien, c’est Axel Bauer qui a ouvert le bal : «Tout a commencé avec lui. Axel Bauer a d’abord joué et chanté seul. Puis Jean-Louis Aubert l’a rejoint à la batterie. Ensuite Richard Kolinka a pris les baguettes, puis Louis Bertignac est arrivé […]. C’était très émouvant. Il y avait des gens qui avaient les larmes aux yeux. D’autant qu’il y avait beaucoup de complicité entre les musiciens.»

Une reformation sans Corinne Marienneau ?

Depuis hier, la question de la reformation est sur toute les lèvres et l’absence de la quatrième membre du groupe sur la scène du Bus Palladium fait grand bruit. La bassiste historique de Téléphone Corinne Marienneau est apparemment toujours en froid avec ses anciens acolytes et surtout avec son leader Jean-Louis Aubert. Pourtant, en décembre 2012, elle n’avait pas l’air de dire non à une reformation : « Depuis 1996, je défends la même chose : je pense qu’on est partis sans dire au revoir, que ce n’est pas très poli, et qu’il faudrait mettre un terme sympathique et agréable à l’histoire. […] Si les autres m’appelaient pour me dire « Bon, on fait de la musique ? », j’irais ! Je n’ai jamais fermé la porte et n’ai pas aujourd’hui l’intention de la refermer », confiait-elle à Gala.

La bombe humaine version 2013


La bombe humaine version 1979

Dans l'actu