Les violences conjugales représentaient 20% des homicides en 2013

Les violences conjugales représentaient 20% des homicides en 2013
Les violences conjugales représentaient 20% des homicides en 2013
Au cours de l’année 2013, 146 personnes (121 femmes et 25 hommes) sont mortes d’homicide à la suite de violences conjugales, selon l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) qui vient de publier mardi 5 mai son rapport annuel. Un chiffre toutefois en nette baisse par rapport à 2012.
A lire aussi
Les violences conjugales explosent pendant la Coupe du Monde en Angleterre
News essentielles
Les violences conjugales explosent pendant la Coupe du...

Selon le journal Liberation, la violence conjugale a ainsi représenté près de 20% des homicides de toute nature répertoriés au cours de l’année écoulée. L’Express souligne de son côté que le nombre d’homicides des suites de violences conjugales a baissé de 16% par rapport à 2012. Cette année là, en effet, 174 personnes étaient décédées des suites d’un accès de violence de leur compagnon. Dans près de 50% des cas, la victime avait déjà subi des violences de la part de son ami(e) ou de son ex, rapporte le journal le Monde. Une arme, « blanche » ou « à feu », était utilisée dans les trois quarts des cas, selon la même source. L’intégralité du rapport de l’ONDRP est consultable en cliquant sur ce lien.

>> Lire aussi: Violences conjugales - une campagne choc pour briser le silence <<

Najat Vallaud-Belkacem: « La meilleure façon de sortir des violences, c'est d'en parler »

« On a de plus en plus de femmes victimes de violences qui vont voir des associations ou qui recourent à l'ordonnance de protection », a ajouté la ministre des Droits des femmes, citée par RTL. Selon le site de la radio, le nombre d’appels au 3919, numéro d’urgence dédié aux violences conjugales est passé de 4000 par mois en 2013 à 7000 pour les premiers mois de 2014. Le numéro est joignable sept jours sur sept depuis le 1er janvier. Le projet de loi pour l’égalité Homme-Femme va généraliser « le téléphone grand danger », précise le journal Libération. Le dispositif permet de confier un téléphone portable spécial qui peut rapidement déclencher l’intervention des forces de l’ordre au domicile. Les moyens accordés par le gouvernement à cette cause ont par ailleurs été doublés à 66 millions d’euros pour l’exercice 2014-2016.