Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"

Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"
Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"
Dans cette photo : Camélia Jordana
Invitée de « Salut les Terriens » samedi 29 novembre, Camélia Jordana est revenue sur son enfance dans le Var, où elle avoue avoir été victime du racisme.
A lire aussi
"Je suis la charge", le court qui se moque de l'inégalité du partage des tâches
News essentielles
"Je suis la charge", le court qui se moque de l'inégalité...


En cette fin d'année 2014, Camélia Jordana est partout. Après avoir sorti le 15 septembre son deuxième effort Dans la peau, la chanteuse, révélée dans la « Nouvelle Star » en 2009, donne aussi de la voix aux côtés de Kendji Girac, Joyce Jonathan ou encore Oxmo Puccino dans Aznavour : Sa Jeunesse, un album de reprises rendant hommage à Charles Aznavour, et disponible depuis le 24 novembre.

À cette occasion, la jolie brune était l'invitée de Thierry Ardisson samedi 29 novembre dans « Salut les Terriens ». L'occasion pour Camélia Jordana de revenir sur des souvenirs douloureux. Née d'une mère algérienne, la jeune chanteuse, qui a grandi dans le Var, a en effet déclaré avoir souffert du regard du racisme quand elle était enfant. « Sous Sarko, je me suis sentie étrangère chez moi. Dans le Sud, quand j'étais petite, j'avais droit à "sale Arabe" ! On devait être quatre Arabes dans l'école… C'était louche. » Une impression qui s'est un peu dissipée depuis que la gauche est au pouvoir. « J'ai l'impression que (sous François Hollande, ndlr), être Arabe en France, c'est moins un sujet en tout cas. »

Interrogée sur son orientation politique, Camélia Jordana, qui avait chanté à la Bastille le soir du 6 mai 2012, avoue ne pas regretter d'avoir voté pour François Hollande. « C'est mon premier vote et j'étais contente de voter à gauche pour mon premier vote. » Et lorsque Thierry Ardisson lui demande si elle ne « veut pas demander pardon d'avoir voté François Hollande », Camélia Jordana répond illico : « Pas du tout. Ça n'arrivera pas ! »