Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"

Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"
Camélia Jordana : "je me suis sentie étrangère chez moi"
Dans cette photo : Camélia Jordana
Invitée de « Salut les Terriens » samedi 29 novembre, Camélia Jordana est revenue sur son enfance dans le Var, où elle avoue avoir été victime du racisme.
A lire aussi


En cette fin d'année 2014, Camélia Jordana est partout. Après avoir sorti le 15 septembre son deuxième effort Dans la peau, la chanteuse, révélée dans la « Nouvelle Star » en 2009, donne aussi de la voix aux côtés de Kendji Girac, Joyce Jonathan ou encore Oxmo Puccino dans Aznavour : Sa Jeunesse, un album de reprises rendant hommage à Charles Aznavour, et disponible depuis le 24 novembre.

À cette occasion, la jolie brune était l'invitée de Thierry Ardisson samedi 29 novembre dans « Salut les Terriens ». L'occasion pour Camélia Jordana de revenir sur des souvenirs douloureux. Née d'une mère algérienne, la jeune chanteuse, qui a grandi dans le Var, a en effet déclaré avoir souffert du regard du racisme quand elle était enfant. « Sous Sarko, je me suis sentie étrangère chez moi. Dans le Sud, quand j'étais petite, j'avais droit à "sale Arabe" ! On devait être quatre Arabes dans l'école… C'était louche. » Une impression qui s'est un peu dissipée depuis que la gauche est au pouvoir. « J'ai l'impression que (sous François Hollande, ndlr), être Arabe en France, c'est moins un sujet en tout cas. »

Interrogée sur son orientation politique, Camélia Jordana, qui avait chanté à la Bastille le soir du 6 mai 2012, avoue ne pas regretter d'avoir voté pour François Hollande. « C'est mon premier vote et j'étais contente de voter à gauche pour mon premier vote. » Et lorsque Thierry Ardisson lui demande si elle ne « veut pas demander pardon d'avoir voté François Hollande », Camélia Jordana répond illico : « Pas du tout. Ça n'arrivera pas ! »