Ingrid Chauvin : victime d’une tentative d’extorsion deux mois après la mort de sa fille

Ingrid Chauvin : victime d’une tentative d’extorsion deux mois après la mort de sa fille
Ingrid Chauvin : victime d’une tentative d’extorsion deux mois après la mort de sa fille
Dans cette photo : Ingrid Chauvin
L’année 2014 a décidément été très difficile pour le couple formé par Ingrid Chauvin et Thierry Peythieu. Quelques semaines seulement après la disparition de leur fille, la comédienne et le réalisateur ont été victime d’une tentative d’extorsion. Les malfaiteurs ont été condamnés la semaine dernière.
A lire aussi


C’est le journal La Provence qui révèle ce fait divers impliquant une personnalité très appréciée des Français. Quatre hommes ont été condamnés le 5 février dernier par le tribunal d’Aix-en-Provence pour recel et tentative d’extorsion. Ils avaient réussi à mettre la main sur un ordinateur portable appartenant à la comédienne Ingrid Chauvin et son époux Thierry Peythieu, et avaient tenté d’en vendre le contenu à la presse people. L’ordinateur, qui avait disparu le 7 mai 2014, contenait entre autres des photos de la fille du couple, la petite Jade, décédée en mars 2014 à l’âge de cinq mois d’une malformation cardiaque.

Ils avaient proposé les photos du couple à la presse people

Devant le refus des rédactions  d’exploiter ces clichés afin de respecter le deuil de la comédienne et de son époux, les malfaiteurs avaient directement contacté le couple, lui proposant de lui rendre son bien contre la somme de 1 200 euros. Le 13 mai 2014, rendez-vous est pris pour la transaction. Mais les « pieds nickelés de l’extorsion de fonds », comme les a qualifiés le procureur dans son réquisitoire, sont interpellés.

Le tribunal correctionnel a finalement condamné les quatre receleurs à des peines allant de quatre mois de prison avec sursis assortis de 1 000 euros d’amende à quatre mois ferme. Le quatrième homme impliqué, qui était déjà incarcéré au moment des faits - et jusqu'en 2022 - pour vol aggravé, voit sa peine allongée de cinq mois ferme.