Congo : les femmes disent non au viol comme arme de guerre

Congo : les femmes disent non au viol comme arme de guerre
Congo : les femmes disent non au viol comme arme de guerre
Elles étaient 15 000 le 17 octobre à défiler pour dire non au viol utilisé couramment comme arme de guerre en République démocratique du Congo. C’est la femme du Président Kabila, Olive Lembe Kabila, qui a pris la tête de cette marche symbolique à Bukavu, dans l’est du pays.
A lire aussi
Viols à Dubaï : les femmes agressées sommées de se taire pour éviter la prison
News essentielles
Viols à Dubaï : les femmes agressées sommées de se taire...

Selon l’ONU, plus de 15 000 femmes auraient été violées en 2009 dans l’est de la RDC – la République démocratique du Congo-, une région minée par des conflits entre groupes armés étrangers et forces congolaises. Elles étaient tout aussi nombreuses dimanche dernier pour protester contre ce « terrorisme sexuel » et « l’impunité » des viols commis sur des civils par les soldats. La manifestation, qui venait clôturer le 3e forum de la Marche mondiale des femmes (MMF), était emmenée par la femme du Président de la RDC : Olive Lembe Kabila. Celle-ci a planté le premier arbre d’un bosquet consacré à la mémoire des femmes victimes des guerres en RDC.

ALLER PLUS LOIN :

Viols au Congo

Le collectif féministe contre le viol

Laissées pour mortes, les victimes témoignent

Dignité de la femme : le combat de la fondation PPR