Affaire DSK/Diallo : l'immunité absolue sauvera-t-elle DSK ?

Affaire DSK/Diallo : l'immunité absolue sauvera-t-elle DSK ?
Affaire DSK/Diallo : l'immunité absolue sauvera-t-elle DSK ?
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Mis en examen lundi soir pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans l'affaire du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn est, ce mercredi, sur un autre front judiciaire. En effet, c'est aujourd'hui que s'ouvre la première audience de la procédure civile qui l'oppose à Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accuse de viol.
A lire aussi


Deux jours après sa mise en examen à Lille pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » et sept mois après l'abandon des poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn à New York, ses avocats tenteront, ce mercredi, de convaincre Douglas McKeon de classer l’affaire. En effet, à 63 ans, ce juge de la Cour suprême du Bronx tient entre ses mains une partie de l’avenir de l’ancien favori socialiste à l'élection présidentielle.

Devant lui, et selon ce qu’ils ont déjà transmis par écrit, les avocats de DSK feront valoir que leur client était protégé, au moment des faits, par une « immunité absolue » en tant que directeur général du Fonds monétaire international (FMI), y compris pour des actes commis à titre personnel. Et ce, en vertu d'une Convention internationale sur les agences spécialisées, adoptée par les Nations unies en 1947. Connu pour ses positions démocrates et fortement implanté dans le quartier pauvre du Bronx, le juge McKeon sera-t-il sensible à un argument s’apparentant à un passe-droit ? Quoi qu’il en soit, les conseils de Nafissatou Diallo estiment, quant à eux, que cette immunité ne peut pas s'appliquer car elle était limitée aux « actes officiels ». Et, de préciser que, quand bien même elle était effectivement « absolue », les Etats-Unis ne font pas partie de la Convention des agences spécialisées.

En parallèle à la procédure pénale, qui avait été abandonnée le 23 août dernier, en raison de doutes sur sa crédibilité, la femme de chambre avait déposé une plainte au civil contre l’ancien patron du FMI pour « agression violente et sadique » dans la suite 2806 du Sofitel, le 14 mai 2011. Cette première audience de la procédure civile, très technique, vise à obtenir des dommages et intérêts d’un montant non précisé. Ni Nafissatou Diallo ni Dominique Strauss-Kahn ne devraient être présents au tribunal, ils seront tous deux représentés par leurs avocats. Quant au juge, il a prévu de communiquer sa décision par écrit dans quelques semaines.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Affaire du Carlton de Lille : que risque DSK ?
Affaire de prostitution au Carlton : DSK convoqué à Lille mardi
Affaire du Carlton de Lille : DSK, Roquet, Lagarde, qui est impliqué ?
DSK annule sa visite à Bruxelles