Emirats : campagne Internet contre l'indécence vestimentaire des Occidentales

Emirats : campagne Internet contre l'indécence vestimentaire des Occidentales
Emirats : campagne Internet contre l'indécence vestimentaire des Occidentales
Deux habitantes des Emirats Arabe Unis ont lancé une campagne en ligne, pour rappeler aux touristes et expatriées vivant dans cette partie du Golfe que les tenues légères ne sont pas les bienvenues dans les lieux publics. Une fatwa qui agite la twittosphère.
A lire aussi


#UAEdresscode est le nouveau hashtag polémique du moment ! Hanane al-Rayyes et Asma al-Muheiri, deux femmes musulmanes émiraties, ont déclenché la controverse il y a quelques jours en lançant une campagne en ligne baptisée « Code vestimentaire des Emirats ». Toutes deux s’insurgent contre le port de tenues ultralégères - en particulier dans les centres commerciaux, sur les plages - mais également contre les effusions romantiques en public. La population autochtone, qui ne représenterait que 11% des 8,2 millions d’habitants de l’Etat, respecte des valeurs et des comportements très conservateurs : la majorité des femmes est couverte de la tête aux pieds avec uniquement les mains et le visage découverts, tandis que les hommes portent la traditionnelle robe blanche appelée « thoub ».

Les pro et les antiréglementation pour plus de « décence » campent sur leurs positions.  Hanane al-Rayyes et Asma al-Muheiri veulent qu'une amende soit instaurée si les coutumes locales ne sont pas respectées. Ce à quoi un twitt a répondu : « Interdire débardeurs ou jupes dans les centres commerciaux des Emirats Arabes Unis est aussi ridicule qu'interdire le niqab dans les rues de France ». A l’heure actuelle, le gouvernement émirati ne s’est pas positionné sur cette affaire, qui pour l’instant s’étend uniquement sur la twittosphère.

Laure Gamaury

Source : AFP

VOIR AUSSI

« Où va le monde arabe ? » : entretien avec Renaud Girard
JO de Londres : l'Arabie saoudite autorise les femmes expatriées à participer
L’actualité sous l’œil de Françoise Holder