Christine Lagarde : les propos de la directrice du FMI scandalisent la Grèce

La patronne du FMI Christine Lagarde a déclaré dans un entretien au Guardian que les enfants du Niger « ont plus besoin d'aide que les Grecs ». Le peuple grec a considéré cette petite phrase comme une insulte, et les réactions de colère ont poussé Madame Lagarde à s'expliquer sur sa page Facebook, où elle a maintenu que chacun doit assumer « sa part du fardeau ».
A lire aussi


Christine Lagarde, la patronne du FMI, a provoqué la colère de milliers d’internautes grecs suite à ses déclarations lors d’un entretien au Guardian, publié samedi. En effet, Mme Lagarde a passé un appel aux citoyens grecs, leur demandant de payer leurs impôts, en référence notamment aux évadés fiscaux, qui constituent pour elle les responsables de la situation d’instabilité économique du pays.

Par ailleurs, la patronne du FMI a assuré qu’elle pense « tout le temps » aux jeunes enfants « dans un petit village du Niger, qui vont deux heures par jour à l’école, partageant une chaise pour trois, et qui rêvent d’avoir une bonne éducation ». Ce à quoi elle ajoute : « J’estime qu’ils ont encore plus besoin d’aide que les gens à Athènes », avant d’expliquer que le FMI n’avait pas l’intention d’atténuer les mesures du plan de rigueur imposé au pays. Le peuple grec a pris cette intervention comme une insulte, et suite aux nombreuses réactions de colère, Mme Lagarde a exprimé sur Facebook sa « sympathie pour le peuple grec », reconnaissant la difficulté des « défis auxquels il est confronté » ajoutant plus tard que malgré tout cela, chacun doit assumer « sa part du fardeau ».

Alexandra Gil

Source : Christine Lagarde accusée d'"humilier" les Grecs
Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

Sommet européen : tourner la page de la crise de la dette
Grèce : dernière réunion pour éviter de nouvelles élections
Echange de dette approuvé, la Grèce sauvée ?