Inégalités au travail : 1,5 million de femmes portent plainte contre Wal-Mart

Inégalités au travail : 1,5 million de femmes portent plainte contre Wal-Mart
Inégalités au travail : 1,5 million de femmes portent plainte contre Wal-Mart
La Cour suprême des Etats-Unis a accepté d’étudier au printemps prochain la validité d’une plainte en nom collectif pour discrimination sexuelle. Elle pourrait réunir près d’1,5 million de femmes qui travaillent ou qui ont déjà travaillé pour le géant de la distribution Wal-Mart, premier employeur des États-Unis.
A lire aussi
Impayés, harcèlement : des mannequins portent plainte contre leur agence
News essentielles
Impayés, harcèlement : des mannequins portent plainte...

C’est le plus important recours collectif de l’histoire américaine pour discrimination contre une entreprise. Pas moins de 1,5 million de femmes viennent de déposer plainte contre Wal-Mart, leur actuel ou ancien employeur qu’elles accusent de discrimination sexuelle. Tout commence en 2001 lorsque sept femmes employées de Wal-Mart portent plainte pour discrimination. Elles estiment alors être moins payées que les hommes à des postes comparables en dépit d'une plus grande ancienneté et d’une meilleure notation. L’affaire prend de l’ampleur en 2007 lorsqu’un juge fédéral de première instance les autorise à représenter en leur nom la totalité des employées de Wal-Mart depuis décembre 1998, soit environ 1,5 million de personnes.
Elles réclament le réajustement rétroactif de leurs salaires mais aussi une amende pour le préjudice subi et bien sûr un changement de la politique salariale de l'entreprise.
L’initiative pourrait coûter très cher au numéro un mondial de la distribution, le plus gros employeur du secteur privé aux Etats-Unis.

VOIR AUSSI

La parité progresse, les salaires ne suivent pas
L’inégalité entre les sexes perdure

Plus d'actu sur : L'égalité professionnelle, c'est pour quand ?

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes