"Les femmes sont faites pour être violées" : la phrase qui choque l'Espagne

"Les femmes sont faites pour être violées" : la phrase qui choque l'Espagne
"Les femmes sont faites pour être violées" : la phrase qui choque l'Espagne
Dans cette photo : Marina
Pour José Manuel Castelao Bragaña, « les lois sont comme les femmes, elles sont faites pour être violées ». Une déclaration témoignant d'un sexisme inqualifiable qui a valu à cet ancien député de Galice son fauteuil de Président du Conseil des citoyens espagnols de l'étranger.
A lire aussi


« Les lois sont comme les femmes, elles sont faites pour être violées ». Cette phrase témoignant d’un sexisme inqualifiable de José Manuel Castelao Bragaña, un notable espagnol, a été prononcée mardi dernier, au deuxième jour de son accession à la présidence du Conseil des citoyens espagnols de l’étranger. Sans surprise, ces mots prononcés lors d’une réunion interne de ce conseil, ont à la fois choqué l’assistance et l’ensemble de la classe politique, celle-ci allant jusqu’à réclamer des poursuites.

En effet, le principal parti d’opposition, le PSOE, a exigé du Procureur général de l’État qu’il se penche sur cette déclaration. Selon lui, il pourrait constituer un crime en tant qu’incitation à la violence contre les femmes et à la violation des lois.

Devant la fronde provoquée par ses propos, José Manuel Castelao Bragaña a quant à lui choisi de démissionner et a été remplacé par une femme, Marina del Corral. L’ancien député de Galice, membre du Parti populaire au pouvoir a toutefois tenté de s’excuser, affirmant que ses déclarations avaient été mal interprétées. Il n’aura conservé son fauteuil que cinq jours.

VOIR AUSSI

« Femme de la rue » : le sexisme ordinaire filmé en caméra cachée
Sexisme : un député UMP qualifie Fleur Pellerin de « pot de fleurs »
Le jean de Cécile Duflot en Conseil des ministres crée le buzz
Le créateur du site Vie de merde est le Macho de l'année