Pourquoi et comment la Suède incite les pères à rester à la maison

Pourquoi et comment la Suède incite les pères à rester à la maison
Pourquoi et comment la Suède incite les pères à rester à la maison
Les papas suédois sont financièrement encouragés à rester chez eux. Le but, clairement formulé, est d'émanciper les femmes et d'obtenir la parité, désirée pour des raisons idéologiques, mais aussi économiques. Des mesures qui garantissent au pays la première place du classement de taux d'activité des femmes.
A lire aussi


En termes de parité, il est bien connu que les pays nordiques ont beaucoup d’avance sur le reste de l’Europe et la France. Un exemple autre que la passion assumée du Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt pour l’aspirateur et les tâches ménagères ? L’encouragement de la Sécurité sociale à partager équitablement le congé parental de 16 mois, à diviser entre les deux parents. Pour l’instant, les mamans en prennent plus de 75%. S’il est équitablement réparti entre le père et la mère, le couple perçoit un bonus financier. Pour un jeune papa interrogé par Libération, cette somme représente 120 euros par mois en plus : « On l’aurait fait sans, mais ça aide », explique-t-il.

Plus d’emploi pour les femmes

En plus du congé parental, plus avantageux que dans d’autres pays européens, l’enfant a la possibilité d’être pris en charge dès l'âge d'un an, pour un coût très réduit. Lars Plantin, sociologue à l’Université de Malmö, avance que le pays « n’a pas les moyens de laisser la moitié de sa population en marge du marché du travail ».
Il analyse les avantages alloués aux pères : « Il ne s’agit pas de laisser les hommes à la maison mais de faire travailler plus les femmes. » Une mesure efficace, puisque la Suède jouit du taux d’activité féminine le plus élevé de l’Union Européenne, avec 77,2% en 2011 selon Eurostat.

Le modèle glorieux du papa suédois

Le « swedish dad » s’impose comme un modèle. À l’heure où, en France, le magazine Famili est taxé de sexisme avec des contenus qui semblent uniquement destinés aux mamans, un magazine intitulé « Pappa » est destiné, depuis 2011, aux hommes qui « aspirent à accorder du temps à leurs enfants ». Sur la toile, les blogs de paternité fleurissent. Un ouvrage intitulé Swedish Dads propose même des photographies de ces papas poules et illustre la relation privilégiée qu’ils entretiennent avec leurs enfants. Johanna Karlsson, qui a produit le livre avec son mari Henrik, confie : « Je pense que la Suède peut apprendre au reste du monde qu’il est possible d’avoir un système de congé parental et non pas de congé maternité ».

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Congé paternité : homo ou hétéro, marié ou non, tout conjoint peut en bénéficier
Dossier : SUÈDE : LE LABO SOCIAL DE L'EUROPE
Parité en Suède : mythes et réalités

Dans l'actu