Suède : des transsexuels réclament 5 millions d'euros pour stérilisation forcée

Suède : des transsexuels réclament 5 millions d'euros pour stérilisation forcée
Suède : des transsexuels réclament 5 millions d'euros pour stérilisation forcée
En Suède, 142 transsexuels demandent réparation à l'État pour stérilisation forcée lors de leur changement de sexe entre 1972 et 2012. Ils réclament une indemnisation d'un montant total proche de 5 millions d'euros, ainsi que des excuses officielles de l'État.
A lire aussi
En Inde, les coupeuses de canne à sucre forcées à une ablation de l'utérus
News essentielles
En Inde, les coupeuses de canne à sucre forcées à une...


142 transsexuels suédois ayant subi une stérilisation forcée lors de leur changement de sexe entre 1972 et 2012 ont déposé lundi 24 juin, une « demande de réparation » à l’État. Ils réclament une indemnisation s’élevant au total à près de cinq millions d’euros (34 000 euros chacun), et attendent des excuses officielles des autorités suédoises.

« La demande a été déposée aujourd'hui devant le Chancelier de la Justice », l'autorité indépendante qui prend position sur les sollicitations en matière d'indemnisation, a indiqué la présidente de la Fédération nationale pour les droits des homosexuels, bisexuels et transsexuels, Ulrika Westerlund. « Elle concerne 142 personnes et notre point de départ est de demander 300 000 couronnes (34 000 euros) par personne. Ce montant est basé à la fois sur le niveau d'indemnisation des victimes de stérilisation forcée en Suède et sur celui déterminé par la Cour de Justice européenne dans des cas similaires », a-t-elle ajouté. Mme Westerlund précise toutefois que si 142 personnes se sont manifestées, elles seraient en réalité beaucoup plus nombreuses à être concernées (environ 800 personnes).

À noter que depuis 1972, la Suède a aboli la loi forçant les transsexuels à subir une stérilisation pour pouvoir changer d’état civil, et qu'en décembre 2012, la Cour administrative d’appel de Stockholm avait estimé que la stérilisation forcée de transsexuels constituait une violation de la loi fondamentale suédoise et de la Convention européenne des droits de l'Homme.

Concernant un éventuel mea culpa de l'État, Fredrik Reinfeldt, le chef du gouvernement suédois, a pour sa part indiqué le 11 juin au tabloïd Expressen, que des excuses n'étaient pas à l'ordre du jour.

À l'image de la Suède, la Suisse et l’Allemagne ont elles aussi abrogé les lois obligeant la stérilisation des transsexuels.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Transsexualité : changer de sexe, mais à quel prix ?
Transsexualité : redevenir un homme après un an dans le corps d'une femme
Transsexualité : un homme reconnu comme femme par l'État civil, sans opération