Un homme se travestit pour vendre un soutien-gorge - Vidéo

Un homme se travestit pour vendre un soutien-gorge - Vidéo
Un homme se travestit pour vendre un soutien-gorge - Vidéo
Une marque de lingerie japonaise fait sensation dans son dernier spot de pub : le mannequin glamour qui porte le Push-up Wacoal se déshabille peu à peu jusqu’à enlever perruque et soutien-gorge pour dévoiler qu’il est un homme. La confusion des sexes fait-elle vendre ?
A lire aussi


Plus besoin des femmes et de bonnets C pour vendre de la lingerie. Les mannequins en vogue se trouvent plutôt du côté des hommes, transsexuels ou androgynes. Après la campagne pour la lingerie signée Hema, qui mettait en scène le mannequin australien Andrej Pejic, la marque japonaise Wacoal a également sauté le pas et a embauché un homme pour sa campagne pour la collection de Push-Up baptisée « Mood ».  

Un torse d'homme

Dans ce spot vidéo, le mannequin se présente sous les traits d’une jolie femme, arborant un décolleté profond. Puis celle-ci retire son maquillage, ses faux-cils, ses lentilles, sa chemise et son soutien-gorge pour dévoiler un torse d’homme. Enfin la perruque tombe, et le regard insolent du jeune homme défie l’incrédulité du spectateur.



Oui, aujourd’hui dans la pub les hommes peuvent être des femmes, et inversement. L'agence de mannequins Ford n’a pas hésité à recruter Casey Legler pour la dernière Fashion week. Mais cette ex-nageuse olympique de 35 ans a été engagée pour défiler sur les catwalks masculins. Et avec sa carrure – elle mesure 1,88m – et son look androgyne, l'artiste américaine endosse parfaitement les collections homme des plus grands couturiers. La mannequin suisse Tamy Glauser, elle, défile aussi bien chez les hommes que chez les femmes, grâce à son allure androgyne. Crise oblige, pour réussir dans la mode, faut-il accepter de se travestir le temps d’un shooting ?

VOIR AUSSI

Victor Chu : l'homme qui apprend aux New-Yorkaises à marcher en talons hauts
Un soutien-gorge invisible et adhésif : demain, toutes en InvisiBra ?
Fifty Shades of Grey : craquerez-vous pour la ligne de lingerie BlueBella ?