L’engagement des femmes, une solution pour l’Afrique

L’engagement des femmes, une solution pour l’Afrique
L’engagement des femmes, une solution pour l’Afrique
Dans cette photo : Nelson Mandela
Les transformations de la société civile africaine, ont permis au continent d’émerger sur la scène internationale, parfois violemment ou avec éclat. Désormais des intellectuels, des hommes d’affaires et de nombreuses personnalités médiatiques souhaitent mettre en avant le rôle des femmes pour la paix. Outre les déclarations de Vera Songwé (Banque Mondiale), l’invitation de Jean-Yves Ollivier, et l’action de Bineta Diop montrent que la communauté internationale érige la lutte contre les inégalités de genre en axe prioritaire pour la pacification africaine…
A lire aussi

Des progrès pour la paix, des progrès pour les femmes

La présidente de l'ONG FAS, Bineta Diop, souligne que de nombreux pays font des efforts sincères pour encourager la paix. Elle prend notamment l’exemple du Libéria, de la Sierra Léone, au Burundi, au Rwanda. A l’occasion de son intervention, un responsable Onusien rappelle que « la paix et l'engagement des femmes (sont) garants de la croissance soutenue en Afrique ».

La constitution, un outil politique au service de la cause féminine

Lors des printemps arabes, la Tunisie a joué les premiers rôles répondant aux aspirations démocratiques de sa population. Pourtant longtemps les droits des femmes ont été ignorés par la coalition des Islamistes au pouvoir. Après la démission du Premier Ministre le 9 janvier dernier, RFI nous apprend que « l'article 45 qui « garantit la protection du droit des femmes » fera l’objet d’un examen au Parlement afin de l’inscrire dans la nouvelle constitution.

La diplomatie parallèle lance un appel à la paix

L'homme qui a lutté dans l'ombre pour la libération de Nelson Mandela souhaite lui aussi rendre hommage aux progrès réalisés par les Africains. C’est pourquoi, Jean-Yves Ollivier appelle tous les acteurs de la région à se réunir « le 11 février 2014, en compagnie des prix Nobel de la paix Muhammad Yunus, Martti Ahtisaari et Mohamed El Baradei, et aux côtés de nombreux chefs d'État ».

La société civile en première ligne

Autre preuve des avancées de la cause des femmes et de ses bienfaits pour le continent noir, le ler classement des 20 Africaines « qui font bouger l’Afrique », publié par le magazine Forbes. Parmi les lauréates, on retrouve des artistes, des politiques, mais aussi des économistes, comme pour montrer qu’au XXIème siècle tout est désormais possible !