#BringBackOurGirls : Carla Bruni, Valérie Trierweiler et de nombreuses actrices manifestent au Trocadéro

#BringBackOurGirls : Carla Bruni, Valérie Trierweiler et de nombreuses actrices manifestent au Trocadéro
#BringBackOurGirls : Carla Bruni, Valérie Trierweiler et de nombreuses actrices manifestent au Trocadéro
Dans cette photo : Carla Bruni-Sarkozy
Une manifestation de soutien aux jeunes otages nigérianes enlevées par Boko Haram s'est tenue, mardi 13 mai, sur le parvis des Droits de l’Homme, place du Trocadéro. Outre les deux anciennes Premières dames, Carla Bruni et Valérie Trierweiler, quelques femmes politiques ainsi que de nombreuses actrices françaises se sont rassemblées pour témoigner leur solidarité. Reportage.
A lire aussi

En arrivant sur le parvis des Droits de l’Homme ce mardi matin, on ne peut s'empêcher d'être frappé par la « modestie » de cette manifestation organisée à l’initiative de l’ex-ministre déléguée à la Francophonie Yamina Benguigui, de l’actrice Karine Silla et de la réalisatrice Lisa Azuelos. Une centaine de personnes tout au plus se tient devant une petite estrade dressée devant la Tour Eiffel et écoute attentivement les discours de soutien à l’égard des otages nigérianes.

Parmi le public clairsemé, de nombreuses actrices françaises, dont Léa Seydoux, Géraldine Nakache, Elsa Zylberstein, Sandrine Kiberlain, Cécile Cassel, Aure Atika, Sonia Rolland, Hélène de Fougerolles,
venues de bonne heure témoigner leur solidarité. Une fois les discours de soutien achevés, les deux stars de la matinée, les ex-Premières dames, Carla Bruni et Valérie Trierweiler, auxquelles les organisatrices ont rendu un hommage appuyé, s’en vont, la première au bras de l’ancienne candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, la seconde accompagnée de Yamina Benguigui.


Valérie Trierweiler


« Ces filles, cela aurait pu être moi, ma soeur, ma cousine... »

Outre quelques badauds, seules les stars restent sur le parvis, rapidement assaillies par les journalistes et les photographes. Des écriteaux avec le slogan « Rendez-nous nos filles », traduction du désormais célèbre mot-dièse #BringBackOurGirls dans les mains, elles posent aux côtés de jeunes militantes. « Horreur », « barbarie », « esclavage » sont les mots qui reviennent. Pour la réalisatrice d’Une Rencontre Lisa Azuelos, « on a commémoré l’abolition de l’esclavage dimanche, mais cela semble un peu tôt au regard de ce qu’il se passe actuellement au Nigeria ».

>> Il annonce fièrement qu'il va épouser deux fillettes de 12 ans et 9 ans dans une vidéo <<


« Ces filles, cela aurait pu être moi, ma soeur, ma cousine... », lance, très émue, une militante d’origine nigériane. Et de dénoncer l’indifférence du pouvoir en place, qui a fermé les yeux pendant de nombreuses années sur les agissements du groupe islamiste. « Je suis très touchée de voir cette mobilisation internationale, ça va faire bouger les choses, j'en suis sûre ». Une autre militante s’indigne de la faible présence masculine sur le parvis des Droits de l’Homme. « Pourquoi y a-t-il si peu d’hommes ? Ce sont leurs filles aussi qui sont en danger ». Plus loin, une femme évoque son propre combat pour accéder à l’éducation, malgré les regards de sa famille. « L’éducation, c’est la liberté !», clame-t-elle, en réponse à Boko Haram - dont le nom signifie « L’éducation occidentale est un péché » en langue haoussa.


Militantes


Nouvelle manifestation cet après-midi au Trocadéro

Les associations féministes se mobiliseront également ce mardi après-midi en faveur des jeunes filles. UNEF, UNL, Féministes en Mouvements, Osez le féminisme !, FEMENs, Féminisme et Géopolitique, Femmes Solidaires, Ligue du Droit International des Femmes et d'autres se sont donné rendez-vous à 18 heures, toujours sur le parvis des Droits de l'Homme, au Trocadéro.

>> "Bring Back Our Girls" : mobilisation internationale pour la libération des lycéennes nigérianes <<

A l'échelle internationale, la mobilisation ne faiblit pas après l’enlèvement mi-avril de 276 lycéennes. A l’image de Michelle Obama, des centaines de milliers d’anonymes et de célébrités ont pris d’assaut les réseaux sociaux avec le hashtag #BringBackOurGirls pour réclamer la libération des otages du groupe islamiste.