Libye : Kadhafi invente la répression au viol et au Viagra

Libye : Kadhafi invente la répression au viol et au Viagra
Libye : Kadhafi invente la répression au viol et au Viagra
Les enquêteurs de la Cour Pénale Internationale affirment détenir des preuves que Mouammar Kadhafi a autorisé et encouragé les viols d’opposants en Libye. Des commandes massives de médicaments type Viagra auraient été effectuées par le régime libyen pour soutenir cette nouvelle forme de répression.
A lire aussi

Susan Rice, l’ambassadrice des Etats-Unis, n’avait donc pas tort, lorsqu’elle dénonçait, il y a quelques semaines, l’usage de Viagra par les soldats de Kadhafi. Les enquêteurs de la Cour Pénale Internationale (CPI) détiennent de nouveaux éléments prouvant que Kadhafi a encouragé les viols en Libye sur les opposants.
Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a déclaré hier lors d’une conférence de presse à l’ONU : « Maintenant, nous recevons des informations indiquant que Kadhafi a lui-même décidé [d'autoriser les viols], et cela est nouveau. (…) Cela n'avait jamais fait partie de ses techniques de contrôle de la population. Le viol est un aspect nouveau de la répression ». Ces preuves pourraient amener un nouveau chef d’inculpation contre le chef du régime libyen alors que le procureur de la CPI avait déjà requis en mai un mandat d’arrêt contre lui pour crime contre l’humanité.
Autre élément choquant et à charge : les enquêteurs ont découvert que des containers entiers de drogues et médicaments type Viagra étaient achetés par la Libye « pour augmenter la possibilité de violer des femmes », selon le procureur Moreno-Ocampo.

(Source : Le Point)

VOIR AUSSI

Libye : les soldats de Khadafi dopés au Viagra ?
Libye : une femme tente de raconter son viol par les soldats de Kadhafi
Côte d’Ivoire : « Les femmes sont les victimes oubliées du conflit »
Expo Congo/Women : 10 ans de viol en RDC

L’INFO PAR NOS MEMBRES

Libye : deux journalistes occidentaux tués à Misrata
Libye: Kadhafi lâché par Moussa Koussa, son chef de la diplomatie
Libye : l’OTAN et les Emirats Arabes Unis dans la coalition