Serbie : Goran Hadzic sera jugé pour le massacre de Vukovar

Serbie : Goran Hadzic sera jugé pour le massacre de Vukovar
Serbie : Goran Hadzic sera jugé pour le massacre de Vukovar
Goran Hadzic, l'ancien responsable des Serbes de Croatie, a été arrêté, moins de deux mois après l'arrestation de Ratko Mladic. Goran Hadzic est accusé de crimes contre l'humanité notamment pour le massacre de l'hôpital de Vukovar en 1991.
A lire aussi
Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes
News essentielles
Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que...


Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a mis la main sur le dernier fugitif recherché pour crimes de guerre dans les Balkans. Goran Hadzic, 52 ans, ancien responsable des Serbes de Croatie, a été arrêté et sera bientôt à La Haye où il sera jugé pour les 14 chefs d’inculpation retenus contre lui, dont celui de crimes contre l’humanité.
Durant la guerre de Croatie (1991-1995) il fut président de la République serbe autoproclamée de Krajina. Au début de la guerre en ex-Yougoslavie, durant l’hiver 1991, la ville croate de Vukovar a été violemment attaquée par les Serbes dirigés par Goran Hadzic. À la fin d’un siège de 3 mois, plus de 400 personnes réfugiées dans l’hôpital de la ville, Croates ou non-Serbes, ont été exécutées sous ses ordres.
Goran Hadzic rejoint Ratko Mladic, chef militaire des Serbes de Bosnie arrêté le 26 mai dernier à Belgrade, et Radovan Karadzic, ancien chef politique des Serbes de Bosnie, dont le procès est ouvert depuis 2009, sur les bancs des accusés à La Haye. Tous les trois sont accusés de crimes contre l’humanité commis durant la guerre des Balkans.

(Source : lexpress.fr)
Crédit photo : ICTY

VOIR AUSSI

Une femme contre les criminels de guerre, entretien avec Céline Bardet
Ratko Mladic : arrestation du « Boucher des Balkans » en Serbie

Ratko Mladic évacué de la salle d'audience du TPIY

Côte d’Ivoire : « Les femmes sont les victimes oubliées du conflit »


L'INFO DES MEMBRES

Arrestation de Ratko Mladic : un bon point pour l’entrée de la Serbie dans l'UE