Egypte : Hosni Moubarak comparaît sur une civière

Egypte : Hosni Moubarak comparaît sur une civière
Egypte : Hosni Moubarak comparaît sur une civière
Le procès du chef d’Etat égyptien déchu s’est ouvert ce matin au Caire. Hosni Moubarak a comparu alité sur une civière, dans une cage à barreaux. Il devrait rester hospitalisé au Caire jusqu’à la fin de son procès.  
A lire aussi

 

Hosni Moubarak est entré dans la salle d’audience sur une civière ce matin, au Caire. Âgé de 83 ans, l’ancien raïs était hospitalisé depuis le mois d’avril à Charm el Cheikh. Il souffrirait de problèmes cardiaques et d’un cancer.
 L’ancien président, qui a démissionné de ses fonctions le 11 février dernier à la suite du mouvement de contestation qui a  secoué l’Egypte, est accusé du meurtre de plus des 850 manifestants et de détournement de fonds publics. Selon les journalistes sur place Hosni Moubarak  n’aurait répondu au juge que par un lever de main depuis sa civière, lors de l’audience de ce matin qui a duré quelques heures. Il comparaissait en compagnie de ses deux fils, de six dignitaires du régime, et de son ancien ministre de l’Intérieur Habib al Adli. Un avocat des familles des victimes de la répression  a réclamé pour ce dernier la peine capitale, arguant que celui-ci avait reçu des ordres du président pour exécuter les manifestants.
L’ancien chef d’Etat et ses fils ont plaidé non coupable des charges retenues contre eux. La prochaine audience aura lieu le 15 août. Selon l’agence de presse officielle Mena, H. Moubarak devrait rester hospitalisé au Caire jusqu’à la fin de son procès.

Source : le Figaro.fr

Image : Itélé

Reportage au Caire, première audience du procès de Hosni Moubarak, France 24 :


VOIR AUSSI :
Egypte : Hosni Moubarak jugé au Caire  
Hosni Moubarak passible de la peine de mort
Egypte : les femmes réclament la parité pour la nouvelle constitution

Kadhafi, Ben Ali, Moubarak : les fortunes des dictateurs
Suzanne Moubarak remise en liberté
révolution égyptienne : des tests de virginité réalisés sur les manifestants
Elections en TUnisie : "il faut mobiliser les femmes"