Europe : blocage sur l'aide alimentaire aux plus pauvres

L’Europe n’a pas réussi à trouver un accord sur le sort du programme européen d’aide alimentaire aux pauvres. L’aide pourrait passer de 480 millions d’euros à 113,5 millions d’euros en 2012.
A lire aussi


Les ministres européens de l’Agriculture étaient réunis ce mardi à Bruxelles afin de statuer sur le maintien en l’état du Programme européen d’aide aux plus démunis, fournie par les excédents agricoles. La réunion a abouti à un blocage, les pays de l’UE décidant de reporter la décision au mois d’octobre, lors du prochain Conseil des ministres. Le programme risquerait alors  de passer de 480 millions d'euros cette année à 113,5 millions d'euros en 2012.

En cause : un arrêt de la Cour européenne de justice en avril dernier, qui a jugé que le programme ne répondait plus à son rôle initial. En effet, le PEAD, lancé en 1987 sous l’impulsion de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, suite à l’appel de l’humoriste français Coluche, fondateur des « Restos du Cœur », devait fonctionner en utilisant les excédents agricoles européens. Or ces deux dernières années, le niveau des stocks était si bas que l’Union Européenne a dû le compenser par des achats massifs de nourriture financés par la Politique Agricole Commune à destination des banques alimentaires. Or l’Allemagne a saisi la Cour européenne, qui a reconnu que ces achats ne relevaient plus de la PAC mais de la politique sociale. Derrière l’Allemagne, cinq autres pays européens refuseraient de voir la PAC financer l’aide aux pauvres.

Aujourd’hui le programme permet de distribuer une aide alimentaire à plus de 13 millions de personnes en Europe, distribuée par 240 associations. Dix-neuf des 27 États européens en profitent, en tête desquels l'Italie, la Pologne et la France.Si le programme était réduit, comme le souhaiteraient l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la République tchèque, le Danemark et la Suède, ce seraient 130 millions de repas en moins qui seraient distribués.

Une situation qui soulève des réactions en France. Ainsi, le ministre de l’Agriculture Bruno Lemaire s'est dit « révolté » par le projet de réduction de l’aide des pays européens.

Marion Roucheux

Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

La commission européenne réduit son aide alimentaire aux plus démunis
Aide alimentaire : l’Union Européenne va affamer 200 000 personnes
Les épiceries solidaires, de vraies boutiques
Journée de l’Europe : A quoi sert le Fonds social européen ?