Grèce : Papademos Premier ministre après Papandréou

Grèce : Papademos Premier ministre après Papandréou
Grèce : Papademos Premier ministre après Papandréou
Lucas Papademos, ex-vice-président de la Banque Centrale Européenne (BCE) et ex-gouverneur de la banque centrale de la Grèce, sera le nouveau Premier ministre grec.
A lire aussi
Décès d'Ariel Sharon, ancien premier ministre d'Israël, après huit ans dans le coma
israel
Décès d'Ariel Sharon, ancien premier ministre d'Israël,...


À l’issue de plusieurs jours d’intenses délibérations, Lucas Papademos, ex-vice-président de la Banque Centrale Européenne (BCE) et ex-gouverneur de la banque centrale de la Grèce, a officiellement été nommé aujourd’hui nouveau Premier ministre de la Grèce. C’est ce qu’a annoncé, en début d’après-midi et par le biais d’un communiqué, la présidence grecque. Il succèdera donc à Georges Papandréou. Lucas Papademos, 64 ans et banquier de profession, membre de l’Académie d’Athènes depuis 2006, sera donc chargé de former un gouvernement de coalition comprenant des ministres socialistes et conservateurs. Au terme d’une semaine émaillée de nombreux incidents politiques, Papademos, qui rassure de par son expertise sur les questions financières, était le seul homme accepté par l’ensemble de la classe politique et donc le mieux placé pour prendre la direction du gouvernement. Selon Takis Brastos, analyste économique, Lucas Papademos « est avant tout une personne de confiance pour les deux partis majoritaires grecs et permettra de rassurer les marchés. Il est l’un de ceux qui a permis à la Grèce de rentrer dans la zone euro. Il connait donc les enjeux et les mécanismes du système. C’est déterminant en ce moment. Ensuite, il est le seul à pouvoir faire ratifier l’accord européen du 27 octobre dernier ».

Au même moment à Bruxelles, la Commission a officialisé les mauvaises prévisions pour l’économie de la Grèce. Le pays restera en effet en récession en 2012 et subira un recul du PIB de 2.8% cette même année. Les syndicats grecs ont en outre menacé de se mobiliser à nouveau si le nouveau gouvernement n’atténuait pas la rigueur qu’ils subissent depuis un an et demi.

Alexandre Roux

(Source : lefigaro.com)
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Crise grecque : Georges Papandréou démissionne
Référendum : le gouvernement grec soutient Papandréou
Crise grecque : « La zone euro doit intervenir rapidement et de façon concertée »
Dette : l’Assemblée vote le plan d’aide à la Grèce
Grèce : Moody’s abaisse une nouvelle fois la note du pays