Jacques Chirac trompe l’ennui en vacances et fume en cachette

Jacques Chirac trompe l’ennui en vacances et fume en cachette
Jacques Chirac trompe l’ennui en vacances et fume en cachette
Dans cette photo : Jacques Chirac
Point de virée à Saint-Tropez pour les vacances : selon le quotidien « Sud Ouest », l'ancien président de la République Jacques Chirac est assigné cette année à son château de Bity en Corrèze. Et s'ennuierait ferme.
A lire aussi


Peu de visites, peu d'occupations et des échappées belles d'adolescent : à 80 ans, l'ancien président de la République en vacances s'ennuierait ferme dans son château de Bity, en Corrèze. Pour tromper l'ennui, l'ex-chef d'État, privé de son séjour habituel à Saint-Tropez dans la résidence de François Pinault, fumerait en cachette. « Comme ces adolescents qui ne veulent pas se faire surprendre, il va aux toilettes pour s'en griller une petite en douce ! », raconte ainsi Bruno Dive, l'éditorialiste du quotidien Sud Ouest, qui revient sur les congés de M. Chirac. Sous le joug de la très maternelle et protectrice Bernadette Chirac, mais aussi de sa fille Claude, Jacques serait condamné à des vacances « pesantes ». Et les visiteurs seraient bien rares auprès de l'ancien président français. « Même François Hollande, qui a rendu visite à son prédécesseur il y a deux semaines, lors d'un passage en Corrèze, même lui n'a pas eu droit à un tête-à-tête, si ce n'est un bref aparté », rapporte Sud Ouest, qui assure que Bernadette Chirac « veillait » au bon déroulé de l'entretien. Jacques Chirac aurait néanmoins réussi à glisser une allusion à peine voilée à Nicolas Sarkozy, vieil « ennemi commun » des deux hommes, en déclarant à M. Hollande : « Je suis très touché de votre visite. D'autres n'ont pas eu la même attention »…

Alors que les rumeurs circulent régulièrement sur l'état de santé de Jacques Chirac, François Hollande aurait eu la bonne surprise de rencontrer un homme qui a « veillé à être au meilleur de sa forme ». Selon Bruno Dive, les visiteurs de l'ancien président rapportent que s'il est « physiquement diminué », il serait « intellectuellement alerte » et « au courant de l'actualité ».

VOIR AUSSI

Taxe sur la bière : Jacques Chirac peut-il sauver la filière ?
Emplois fictifs : deux ans de prison avec sursis pour Jacques Chirac
Mairie de Paris : Bernadette Chirac conseille NKM pour gagner la primaire
Bernadette Chirac encourage Valérie Trierweiler