Ecotaxe : les "Bonnets rouges" lancent un ultimatum au gouvernement

Ecotaxe : les "Bonnets rouges" lancent un ultimatum au gouvernement
Ecotaxe : les "Bonnets rouges" lancent un ultimatum au gouvernement
Le mouvement des « Bonnets rouges », à l'origine de la grogne en Bretagne contre l'écotaxe, a lancé mardi 5 novembre un ultimatum au gouvernement,  menacant de préparer « de nouvelles actions » si l'écotaxe n'était pas « officiellement supprimée » pour la région avant mercredi midi.
A lire aussi


La colère bretonne ne désemplit pas. Une semaine après avoir fait plier le gouvernement, en faisant suspendre mardi 29 octobre l'écotaxe qui vise à faire payer un impôt aux poids lourds selon les kilomètres parcourus, les professionnels de l'agroalimentaire et des transports durcissent le rapport de force. Les « Bonnets rouges » demandent avant mercredi midi « une annonce officielle de la suppression de l'écotaxe pour la Bretagne », selon Christian Troadec, maire divers-gauche de Carhaix et membre du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », à l'initiative de la manifestation qui a réuni samedi à Quimper entre 15.000 et 30.000 personnes.

En face, la démarche ne passe pas. « On ne gouverne pas sous les ultimatums. (...) Ça ne peut pas être des ultimatums qui arrivent comme ça et qui sont autant d'injonctions pour le gouvernement. La démarche de notre gouvernement, c'est le dialogue », a répondu le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, à France 3 mardi soir. Et le ministre de rappeler que Jean-Marc Ayrault avait proposé la semaine passée de suspendre l'écotaxe afin de permettre à un dialogue de s'instaurer pour la « corriger ».

Réunion sous haute tension


Un contexte pour le moins tendu qui n'augure rien de bon alors que s'ouvrent ce mercredi 6 novembre les premières discussions sur le « Pacte d'avenir pour la Bretagne ». L'initiative, lancée par le Premier ministre mi-octobre, vise à permettre de sortir de la crise et de trouver un nouveau souffle. Au menu des discussions, des mesures d'urgences pour les salariés les plus menacés et le contenu de ce pacte.

Depuis le début de la contestation, une quinzaine de bornes ou portiques de collecte de l'écotaxe ont été détruits en France. Les quatre portiques « ont été détruits en Bretagne », berceau de la contestation, et « un autre a été retiré par précaution » dans la région, a indiqué une porte-parole du ministère.


L'annonce de l'ultimatum par Christian Troadec, maire divers-gauche de Carhaix :


Les bonnets rouges demandent la suppression de... par BFMTV

La carte interactive des portiques endommagés :


VOIR AUSSI

L'écotaxe, qu'est-ce que c'est ?
Ecotaxe : "Suspension n'est pas supression", se défend Jean-Marc Ayrault
Ecotaxe : les propositions d'aménagement