Béatrice Bourges compare l'intégration à l'Occupation sur Twitter

Béatrice Bourges compare l'intégration à l'Occupation sur Twitter
Béatrice Bourges compare l'intégration à l'Occupation sur Twitter
Mardi 17 décembre, Béatrice Bourges a commenté sur Twitter la publication du rapport sur l'intégration. Sur son compte, la porte-parole du Printemps Français a relayé une image faisant le parallèle entre une prétendue arabisation de la société et l'invasion du régime nazi. Interrogée par Terrafemina, Béatrice Bourges réfute les accusations de racisme.
A lire aussi


« Ça se passe de commentaire ». Dans un tweet laconique publié mardi soir, Béatrice Bourges a choisi de s'exprimer sur la récente polémique autour de la publication, sur le site du Premier ministre, d'un rapport sur l'intégration en France. Sans s'étendre sur le sujet, la porte-parole du Printemps Français s'est contentée de relayer une image qui circule sur les réseaux sociaux.

Cette dernière se veut des plus explicites : au dessus, un cimetière de la Seconde Guerre Mondiale surplombé de la phrase « Ils se sont battus pour ne pas parler allemand » ; en dessous, une photo du gouvernement au grand complet, cette fois légendée « Ils se battent pour que l'on parle arabe ».

Réactions indignées sur Twitter

Le montage fait un parallèle plus que douteux, en mettant dos à dos la résistance face à l'invasion allemande, durant la Seconde Guerre mondiale, et ce qui serait l'assentiment du gouvernement vis-à-vis d'une prétendue arabisation de la société française. L'image tweetée par Béatrice Bourges est accompagnée des hastags propres au mouvement du Printemps Français : #ONLR (« On ne lâche rien », ndlr) et #JourDeColère.

Les réactions au tweet ne se sont pas fait attendre. Rapidement, de nombreux utilisateurs de Twitter ont dénoncé le propos de la porte-parole du mouvement anti-mariage gay, évoquant un message « raciste et idiot ». « Béatrice Bourges est-elle plus raciste qu'homophobe ? », s'interroge ainsi Alexis Braud, élu d'Europe-Ecologie les Verts dans la Sarthe.

Pour Béatrice Bourges, « on ne peut rien dire sans être traité de raciste »

Contactée mercredi 18 décembre, la porte-parole du Printemps Français minimise la polémique naissante. Elle rétorque ainsi avoir simplement voulu relayer « une image intéressante, que chacun interprète comme il le souhaite ». « J'ai retweeté cette image car il y a des rapports controversés en ce moment », poursuit-elle. La porte-parole évoque notamment l'un des passages du rapport, dans lequel les auteurs préconisent d'enseigner les langues africaines dès le collège. « C'est bien que l'Education Nationale apprenne à nos enfants à lire, écrire. Mais il y a des priorités. » Et la porte-parole de s'étonner benoîtement des réactions virulentes suscitées par son message : « Dans ce pays, on ne peut rien dire sans être traité de raciste ou de fasciste ». Une défense que beaucoup risquent de considérer a minima.

Cette affaire en rappelle une plus récente. Celle impliquant l'élue FN des Ardennes Anne-Sophie Leclere, survenue en octobre dernier. Cette dernière avait suscité une vive émotion après avoir diffusé sur son profil Facebook une image comparant Christiane Taubira à un singe. L'élue avait ainsi écrit qu'elle préfèrait voir la Garde des Sceaux « dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement ». Quelques jours plus tard, sous la pression médiatique, elle était suspendue par son parti. En soutien à la ministre de la Justice, une pétition contre le racisme rassemblait 100 000 signatures le 21 novembre dernier.

VOIR AUSSI

Printemps français : Hollande et Trierweiler victimes d'un lâcher de poules
Mariage gay : Apple attaqué par les anti du Printemps français
Marche contre le racisme: participation en demi-teinte à Paris

Dans l'actu