Crèche Baby Loup : la salariée voilée fait appel

Crèche Baby Loup : la salariée voilée fait appel
Crèche Baby Loup : la salariée voilée fait appel
Déboutée devant les prud’hommes qui ont confirmé son licenciement sans lui accorder d’indemnités, la salariée voilée licenciée par la crèche Baby Loup fait appel.
A lire aussi
Crèche Baby Loup : le licenciement de l'employée voilée annulé
discrimination
Crèche Baby Loup : le licenciement de l'employée voilée...

Fatima Afif ne lâchera pas, elle fait appel du verdict des prud’hommes du 13 décembre, qui confirmait son licenciement pour faute grave et lui refusait les 80000 euros d’indemnités qu’elle réclamait. La salariée avait été licenciée en 2008 par son employeur, la crèche Baby Loup dans les Yvelines, pour avoir refusé d’ôter son voile sur son lieu de travail. Alors que le tribunal a jugé qu’elle s’était rendue coupable d’une « insubordination caractérisée » au règlement qui comporte un paragraphe sur la neutralité confessionnelle, philosophique, politique et religieuse, l’avocate de Fatima Afif , Maître Majda Régui a déclaré : « Nous ne sommes pas d’accord sur l’intégralité de la décision des prud’hommes. Ma cliente n’a pas fait de faute. »
En attendant la décision de la cour d’appel de Versailles, d’ici 18 mois, la crèche Baby Loup continue de fonctionner 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Une aubaine pour bon nombre de familles de Chanteloup-les-Vignes.

VOIR AUSSI

Baby Loup : Les prud’hommes donnent raison à la crèche
Crèche Baby Loup : l’affaire devant les prud’hommes
Baby Loup : le voile met la crèche en danger
Places en crèches : les Franciliens et le quart sud-est privilégiés
Bon plan : une place en crèche pour bébé