Les concours de mini-miss bientôt interdits en France ?

Les concours de mini-miss bientôt interdits en France ?
Les concours de mini-miss bientôt interdits en France ?
Le Sénat veut interdire les concours de mini-miss. La chambre haute a en effet accepté un amendement de la centriste Chantal Jouanno à l'occasion de l'adoption en première lecture, dans la nuit de mardi à mercredi, du projet de loi sur l'égalité des femmes et des hommes. Celui-ci prévoit une sanction de deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende pour les personnes qui organiseraient ce type d'événement.
A lire aussi
Les portables pour enfants devraient-ils être interdits ?
News essentielles
Les portables pour enfants devraient-ils être interdits ?


Najat Vallaud-Belkacem avait proposé de soumettre les concours de mini-miss à une autorisation préalable. Mais c’est un amendement de la centriste Chantal Jouanno qui a été accepté par le Sénat lors de l’adoption en première lecture, dans la nuit de mardi à mercredi, du projet de loi sur l'égalité des femmes et des hommes. Celui-ci interdit totalement les concours de beauté pour les enfants de moins de 16 ans, « qui ne concernent que les filles » a d’ailleurs tenu à souligner l’ancienne ministre. Ce texte, adopté par 196 voix pour et 146 contre prévoit une sanction de deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende pour les personnes qui organiseraient de tels événements. « Ne laissons pas nos filles croire dès le plus jeune âge qu'elles ne valent que par leur apparence. Ne laissons pas l'intérêt commercial l'emporter sur l'intérêt social », a ainsi défendu Chantal Jouanno. L’amendement parallèle proposé par la ministre des Droits des femmes est donc tombé face au vote des sénateurs. Mais pour la rapporteuse du texte, la socialiste Virginie Klès, les sanctions sont trop lourdes.

« Seulement un défilé en robe de princesse »

Interrogé par le Huffingtonpost.fr, Michel Le Parmentier, responsable du concours Mini-Miss a regretté cette décision : « À plusieurs reprises nous avons discuté avec Chantal Jouanno de sa volonté d'interdire les concours. Nous aurions préféré un encadrement tel que nous le pratiquons ». Car, a-t-il assuré, dans les concours qu’il organise, pas d’hypersexualisation des filles comme cela existe parfois aux États-Unis : il n’y a « ni maquillage, ni maillot de bain, ni artifice, seulement un défilé en robe de princesse ». Mais si la loi devait être adoptée définitivement (celle-ci doit, en effet, d’abord être examinée successivement dans les deux assemblées du Parlement), l'organisateur ne s’oppose pas à l’idée d’organiser un concours « en Belgique, tout près de la frontière ». Enfin, un deuxième amendement de la centriste encadrant l'activité des enfants mannequins a pour sa part été rejeté.

VOIR AUSSI

Miss Honey Boo Boo, 6 ans, nouvelle star de la trash-tv américaine
Mini-miss : Destiny, 4 ans et une cigarette au bec pour séduire le jury
L'élection de mini-miss Aquitaine doit être interdite selon deux députés PS
Chantal Jouanno : son "cri d'alarme" pour interdire les concours de mini-miss