Agression homophobe à Paris : 18 à 24 mois de prison ferme requis contre deux suspects

Agression homophobe à Paris : 18 à 24 mois de prison ferme requis contre deux suspects
Agression homophobe à Paris : 18 à 24 mois de prison ferme requis contre deux suspects
Des peines de 18 à 24 mois de prison ferme ont été requises, mardi 6 mai devant le tribunal correctionnel de Paris, contre deux hommes de 19 et 20 ans accusés d'avoir agressé un couple d'homosexuels, en avril 2013, à Paris. Une agression homophobe qui avait provoqué une vive émotion en plein débat sur le mariage pour tous.
A lire aussi


Taieb K. et Abdelmalik M., 19 et 20 ans, comparaissaient, mardi 6 mai, devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours » avec les circonstances aggravantes de « violences en réunion », « en raison de l'orientation sexuelle de la victime ». Les deux jeunes hommes sont accusés d'avoir passé à tabac, Wilfred de Bruijn et Olivier Couderc, un couple d'homosexuels qui rentré d'une soirée chez des amis, en avril 2013, à Paris. Un troisième homme, Kidé T comparaissait libre pour ne pas avoir empêché l'agression. Le 4e agresseur présumé, mineur à l'époque des faits, a été revoté devant le tribunal pour enfants.

« Regrets de circonstance »


La procureur, Solène Gouverneyre a requis de 18 à 24 mois de prison ferme contre les deux prévenus en détention provisoire à Fleury-Mérogis depuis six mois. Un an de prison, dont six mois avec sursis, ont été requis contre le troisième homme. Mme Gouverneyre a par ailleurs estimé que les deux suspects « minimisaient leur participation de façon assez désolante ». Même constat chez l'avocate des paries civiles, Caroline Mecary qui a dénoncé des « regrets de circonstance » et insisté sur «l'honneur de défendre deux hommes courageux face à la lâcheté ».

De lâcheté il en fut question quand dans la nuit du 6 au 7 avril vers 3h du matin, Olivier Couderc entendit « Ah, des homosexuels », avant de recevoir un premier coup sur le côté droit, avant de retrouver ses esprits et de voir son compagnon, Wilfred, à terre, battu à coups de pied par « deux à quatre hommes ».  Résultat : sept fractures au visage, une dent en moins, des ecchymoses et des plaies sur l'ensemble de la face.

Le jugement a été mis en délibéré au 3 juin.