Nicolas Sarkozy se place en « président protecteur »

Lors de son intervention hier soir sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy s’est présenté en « président protecteur ». Il a défendu toutes les réformes qui ont été faites depuis son élection et a parlé de l’entrée de la Grèce dans la zone euro comme une « erreur ». Mais au lendemain de sa réunion à Bruxelles avec les dirigeants européens, le chef de l’Etat reste confiant pour l’avenir de l’Europe.
A lire aussi
Michelle Obama sera-t-elle la prochaine présidente des Etats-Unis ?
News essentielles
Michelle Obama sera-t-elle la prochaine présidente des...


Lors de son interview télévisée, animée hier soir par Yves Calvi et Jean-Pierre Pernaut, Nicolas Sarkozy s’est placé en « président protecteur ». En effet, il a tout d'abord défendu les réformes faites depuis le début de son mandat, notamment sur les retraites et le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux en fin de carrière, en affirmant qu’elles avaient évité des réductions de salaires ou de pensions : « la réforme des retraites a protégé la France et a protégé les Français ». Mais le chef de l’Etat s’est également positionné en protecteur de l’Europe, au lendemain de sa réunion à Bruxelles avec les dirigeants européens.
Le président de la République a été optimiste dans son discours. Il a dit faire « confiance » à la Grèce pour sortir de la crise. « Si les Grecs font les efforts que nous leur avons demandés, ça ne coûtera rien à la France et ça ne coûtera rien à l'Europe », a ajouté Nicolas Sarkozy. Cependant, le chef de l’Etat a qualifié d'« erreur » l’entrée de la Grèce dans la zone euro, il y a dix ans. Pour effacer la menace qui pèse sur la France, et sur l’Europe, le président a annoncé un nouveau plan de rigueur budgétaire, sans pour autant en fournir les points précis. Il a toutefois fait part d’une réduction des déficits et a donc révisé à la baisse le taux de croissance, de 1% prévu initialement à 1,75%.

Nicolas Pouilley

(Source : AFP)
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Crise : Nicolas Sarkozy ce soir sur TF1 et France 2
Accord sur la crise européenne à Bruxelles : « il reste beaucoup d’incertitudes »
Crise grecque : « la zone euro doit intervenir rapidement et de façon concertée »
Grèce : Moody’s abaisse une nouvelle fois la note du pays
Crise de la dette : « la France sur la corde raide »