Éco-conduite : des conseils simples pour faire des économies

Éco-conduite : des conseils simples pour faire des économies
Éco-conduite : des conseils simples pour faire des économies
Avec les centaines de kilomètres avalés par les Français en pleine saison estivale, chaque halte à la station essence est une épreuve pour le porte-monnaie. Mais alors que l’éco-conduite pourrait leur permettre de réduire notablement leur consommation de carburant, les automobilistes se montrent peu enclins à adopter ces quelques habitudes simples et efficaces.
A lire aussi
Comment arrêter de se faire du souci : 6 conseils scientiquement prouvés
News essentielles
Comment arrêter de se faire du souci : 6 conseils...


Avec la crise qui persiste en France, les Français se serrent de plus en plus la ceinture, tentant de faire des économies sur tous leurs postes de dépense. Le budget voiture ne fait pas exception. Et si la flambée du prix du carburant n’aide pas à atteindre cet objectif, l’éco-conduite peut, elle, espacer les arrêts à la pompe à essence. Basé sur une sollicitation modérée des organes du véhicule afin de limiter les émissions de CO2, ce nouveau style de conduite agit en effet significativement sur la consommation de carburant.  

L’éco-conduite, qu’est-ce que c’est ?

Dans le détail, l’éco-conduite regroupe un ensemble de bonnes pratiques parmi lesquelles le fait de préférer la marche à pied ou le vélo à un véhicule à moteur polluant pour effectuer de petits trajets. Cette conduite responsable implique également de réduire sa vitesse - sur autoroute, rouler à 120 km/h plutôt qu’à 130 km/h ne retarde en moyenne que de quatre minutes mais permet d’économiser près d'un litre de carburant – et de rouler dans le bon rapport. Il est en effet recommandé de toujours rouler dans le rapport le plus haut. La première vitesse ne doit donc être utilisée que pour démarrer le véhicule et les autres doivent s’enchaîner rapidement sans jamais dépasser un régime moteur de 2 000 tours par minute. Ne pas laisser le moteur tourner lors d’arrêts prolongés et être attentif à l’entretien de son véhicule, plus particulièrement à la pression des pneus, sont encore d’autres comportements que préconise l’éco-conduite.

250 euros d’économie par an, 15 % d’accidents en moins

En réduisant la consommation de carburant, et en ralentissant l’usure des disques et plaquettes de frein, des pneus ou encore des amortisseurs, ce style de conduite peut permettre d’économiser 250 euros par an pour une voiture parcourant 15 000 kilomètres. Au final, c’est un moyen relativement simple de réaliser des économies non-négligeables sur son budget auto. De plus, si l’on en croit l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), l’éco-conduite réduirait non seulement les émissions de CO2 mais aussi celles de particules fines des moteurs diesel notamment, responsables de 40 000 décès par an. Enfin elle réduirait de 15% le nombre d’accidents. Mais paradoxalement, hormis pour les pionniers qui se sont déjà tournés vers l’hybride ou ont carrément fait le choix d’une voiture électrique, la conduite écoresponsable reste assez peu pratiquée par les automobilistes français au quotidien.

Convaincues par l’éco-conduite, les entreprises tentent d’y convertir leurs salariés

Les entreprises, en revanche, ont très vite compris les avantages de l’éco-conduite et y ont vu leur intérêt. Aujourd’hui, nombre d’entre elles essayent d’y convertir leurs salariés. C’est notamment le cas de l’enseigne de grande distribution E. Leclerc qui, dans le cadre du renouvellement de sa convention de transport prévoit d’y former son personnel. Le groupe La Poste fait, pour sa part, figure de précurseur. Dès 2007 et jusqu’en 2009, il avait formé ses 60 000 facteurs à la conduite écologique lors de stages d’une demi-journée. Une initiative qui avait permis à La Poste de réaliser une économie de carburant de dix millions d’euros sur cette seule période.

D’autres entreprises vont encore plus loin, à l’image de Renault. Le constructeur a en effet inauguré, en juin dernier, dans l’Eure, un circuit exclusivement dédié à la formation à l’éco-conduite, ouvert aux entreprises et aux particuliers, et disposant d’un parc de véhicules électriques et thermiques. « En adaptant sa conduite, les études montrent qu’un conducteur peut diminuer sa consommation d’énergie jusqu’à 25%. En formant chaque année plus de 2 000 personnes à une conduite sûre et éco-responsable, le circuit Renault est une nouvelle preuve de notre engagement en matière de responsabilité sociétale », avait déclaré Carlos Tavares, le directeur délégué aux opérations de la marque au losange, lors de l’inauguration. Les stages proposés permettront aux automobilistes d’adopter une conduite plus responsable en analysant leur passage des vitesses, leur gestion des accélérations et des freinages ou encore en leur apprenant à anticiper les conditions de circulation. Les bases de l’éco-conduite en somme.

VOIR AUSSI :

Nos conseils pour bien laver sa voiture sans eau
5 conseils pour préparer sa voiture avant un départ en vacances
Sécurité routière : se préparer pour les grands départs en vacances
Les tenues à éviter au volant
5 conseils pour occuper nos enfants en voiture

Dans l'actu