Bernard Tapie trouve Zlatan Ibrahimovic totalement insupportable

Bernard Tapie à une conférence de presse en mars 2014.
Bernard Tapie à une conférence de presse en mars 2014.
Dans cette photo : Bernard Tapie
L'ancien président de l'Olympique de Marseille ne porte pas le joueur du PSG dans son coeur. Dans une interview à l'Equipe, Bernard Tapie a dit tout le bien qu'il pensait de Zlatan Ibrahimovic. Extraits.
A lire aussi

Bernard Tapie n'a pas mâché ses mots contre Zlatan Ibrahimovic et le PSG. Interrogé par l'Equipe sur son avis vis-à-vis de l'attaquant suédois, l'homme d'affaire en a profité pour donner le fond de sa pensée.

Et le moins qu'on puisse dire c'est que ce dernier n'apprécie pas du tout l'attitude du joueur parisien. Bernard Tapie fustige le comportement de Zlatan Ibrahimovic, sur et hors des terrains, et en profite pour critiquer le PSG coupable, selon lui, d'être trop laxiste envers son joueur star.

"Il se prend pour qui ce mec-là ?"

"Il est plus important que le club, que le président, note-t-il. Ils lui lèchent les doigts de pied à longueur de journée. C'est insupportable. Vous avez vu comment il regarde un joueur quand on fait une faute sur lui ? Même si c'est un très grand joueur, il se prend pour qui ce mec-là?", a déclaré celui qui n'avait pas hésité à qualifié l'équipe de France d' "imbéciles".

Bernard Tapie est ensuite revenu sur la suspension du joueur pour quatre matchs, prononcée par la commission de discipline de la LFP jeudi 9 avril en réaction aux propos du football qui qualifiait la France de "pays de merde" à l'issue de la rencontre contre Bordeaux. "Les dirigeants (du PSG) auraient dû le sanctionner", estime Tapie avant de poursuivre : "Avec moi, Cantona a fait moins grave en jetant son maillot (en 1989) et il n'a plus remis les pieds à l'OM. Zlatan, il pourrait le jeter et même le manger en public, il ne lui arriverait rien. Non seulement ils ne le pourrissent pas, mais ils le soutiennent. C'est d'une nullité totale".

"Qu'est-ce que Blanc a à craindre de Zlatan ?"

Et l'ancien cadre de l'OM d'enfoncer le clou. "D'habitude, plus les joueurs sont grands, plus ils sont simples, accessibles. Lui est plus président que le président. Qu'est-ce que Blanc a à craindre de Zlatan ? Pour l'instant, des deux, il n'y en a qu'un qui a gagné la Coupe du monde, non ? J'ai une question : pourquoi Barcelone ou l'Inter ne l'ont pas gardé ? Moi, quand Berlusconi ne voulait pas d'un joueur, je le lui laissais". Ces propos feront-ils entendre raison au joueur suédois ? Rien n'est moins sûr...