"Depuis 3 ans, un homme me harcèle" : Cécile Duflot dévoile ses messages pour alerter

La directrice générale d'Oxfam France Cécile Duflot partage son cyberharcèlement.
La directrice générale d'Oxfam France Cécile Duflot partage son cyberharcèlement.
Sur Twitter, l'ancienne politicienne et actuelle directrice générale d'Oxfam France a partagé à ses lecteurs et lectrices une dramatique expérience : le cyber-harcèlement dont elle est victime depuis trop longtemps déjà. Un thread à lire pour éveiller les consciences.
A lire aussi

C'est un témoignage poignant que vient de délivrer Cécile Duflot sur Twitter. La directrice générale d'Oxfam France a partagé à ses milliers de followers la situation de cyberharcèlement virulent qu'elle subit depuis trois ans déjà de la part d'un même homme. Situation telle qu'elle annonce son départ imminent des réseaux sociaux.

"Cet homme me harcèle par différents moyens. Il y a eu trois procès, il est allé en prison. Mais vient de rerererecommencer", explique l'ancienne ministre. Au gré des dizaines de messages dont témoigne Cécile Duflot, de mêmes menaces évoquées : "celles de me tuer, violer ma fille et moi ou se tuer", déplore-t-elle. Des faits accablants illustrés par une capture d'écran de l'un des récents messages envoyés par le harceleur.

"Vous avez tellement le cerveau cramé par votre propagande féministe que vous êtes incapable de faire la différence entre un violeur/agresseur et un gars qui vous drague parce que il vous aime (sic) et qu'il veut se marier avec vous. Si vous ne vouliez pas que j'insiste, vous n'aviez qu'à accepter une relation avec moi", peut-on notamment lire sur ledit message. En relayant cela, Cécile Duflot désire éveiller les consciences.

"Ce n'est pas simple d'en parler"

Et notamment sensibiliser le plus grand nombre au sujet du cyberharcèlement. Un phénomène trop normalisé et bien plus courant que certains ne voudraient le croire. "Ce n'est pas simple de parler de cela, même pour moi, mais je pense qu'il faut que ce sujet avance et que certains comprennent que ça existe pour de vrai", écrit à ce titre l'ex politicienne. Comme le précise le journal 20 Minutes, une plainte a été déposée ce 1er décembre à l'encontre dudit harceleur auprès du parquet de Pontoise, pour "harcèlement, appels malveillants et menaces de mort".

En évoquant cette situation personnelle, Cécile Duflot souhaite également interroger le traitement médiatique du harcèlement. Et déconseiller, par exemple, l'emploi de termes comme "amoureux" ou "amour fou" pour désigner la personne incriminée. "Si vous pouviez avoir une réflexion sur les termes à utiliser en ces cas là ce serait chic", poursuit-elle à l'adresse des journalistes. Des paroles qui n'ont pas manqué de susciter l'émoi des internautes.

"Mais quelle horreur, je suis tellement désolée pour vous que vous subissiez un harcèlement pareil. Beaucoup de courage pour supporter ça, prenez soin de vous", "Merci pour votre parole. Une prise de conscience sur les sujets autour du harcèlement est essentielle et urgente", "Soutien total. Quand cesseront nous d'être détruites à petit feu par les menaces de mort, menaces de viol ?", peut-on ainsi lire en guise de réactions à ce thread nécessaire.

Au fil de ces abondantes réactions sororales, Cécile Duflot a également reçu les soutiens des militantes féministes, comme Rokhaya Diallo, et de voix politiciennes, comme celles d'Anne Hidalgo et de l'élue écologiste Raphaëlle Rémy-Leleu. "À tes côtés chère Cécile dans cette épreuve. Ce harcèlement est insupportable, tu peux compter sur mon soutien sans faille. Je pense à toi et à tes proches", a ainsi assuré la Maire de Paris.